Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entrée triomphale dans l'année 2018

Alors les amis, comment a commencé votre année 2018 ?

Par une cuite, une bronchite, une faillite, une visite chez les Inuits, un coup de b… coït ?  

La mienne : par deux réussites !

Le jour de la Saint-Nicolas, j’ai passé mon dernier examen de master, lequel signait la fin du statut d’étudiante qui m’a permis, pendant 15 mois, de bénéficier et de m’enrichir des compétences de mes brillants professeurs.

J’ai aussi provisoirement quitté mes camarades de promo avec lesquels j’ai ri, sué et me suis frité aussi, parfois. Nous avions tous un petit pincement au cœur, surtout ceux, me semble-t-il, qui n’allaient plus avoir cette bouffée d’oxygène mensuelle pour s’extraire du boulot.  

Pour moi, chômeuse heureuse et débordée, l’aventure ne faisait que continuer.

Deux jours après, alors qu'aveuglés par l'innocence, ou plus vraisemblablement la bêtise, certains fêtaient l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, je postulais dans le cabinet de conseil que j’avais placé, un an auparavant, en position n°1 sur ma liste d’entreprises cibles.  

En trois semaines, je passais trois entretiens et le 10 janvier, alors que j’avais profité de mes potentielles dernières semaines de chômage pour aller terminer la rédaction de mon mémoire en grignotant des tapas du côté de Grenade, la nouvelle tombait : embauchée !  

De retour à Paris, m’étant fixé comme objectif d’avoir rendu et soutenu mon mémoire avant ma prise de poste, tout s’accéléra.

Livraison du mémoire (relu et corrigé à distance puis imprimé, relié et livré à domicile par mon fidèle ami et ex-blogueur Oh !) le 25 janvier et départ, le 31, pour la Normandie où je chopai illico presto un méchant coup de froid dans le nid douillet - mais mal chauffé et enfumé - de mon amie et ex-blogueuse P_o_L.

Laquelle P_o_L m'aida, en experte Powerpoint et jusqu'à trois heures du matin le jour de mon départ, à préparer la présentation de ma soutenance que je répétai, choronomètre en main, dans sa Smart bondissante puis dans le train qui me jeta, le 2 février vers 13h, à la gare Montparnasse.

A 15h30, apparition devant le jury de soutenance d’une Fiso épuisée et parlant  du nez, cet organe pourtant totalement obstrué ayant puisé dans ses dernières forces pour remplacer une voix quasi-éteinte (rendez-vous que j’ai, de surcroît, failli rater, ayant eu la bonne idée de consulter une pendule bloquée sur l’heure d’été).

A l’issue de ma prestation, échanges musclés et inégaux au sein du et avec le jury, composé du directeur de master et de la directrice de mon mémoire. Musclés parce qu'ils se sont affrontés sur des points de vue et, plus grave, des définitions de termes totalement opposés. Inégaux parce qu’il fut aussi constructif et bienveillant qu’elle se montra sèche et pinailleuse, son ego d’universitaire-thésarde-juriste-experte de mon sujet ne s’étant visiblement pas remis de mon travail en totale autonomie pendant 4 mois.

Note à moi-même : quand vas-tu enfin te résoudre à être un tout petit peu politique, Fiso ?

Après délibération dudit jury et communication d’une note qui m’apparut sous-estimée, mon directeur de master m’annonça que j’étais officiellement diplômée et me claqua la bise.

Sur ce, je rentrai me coucher. Une halte supposée rapide chez ma voisine d’en face, dans le même état de délabrement que moi, eut raison de ma fragilité et nous décida d'un même élan :

1) A tuer notre crève carabinée à coups de rhum

2) A fêter la Chandeleur à coups de crêpes (que je fis sauter entre deux coups de fil et trois coups de rhum)

Edit : Le rhum n’a tué ni mes microbes, ni leur vectrice ! J’ai donc déboulé dans ma nouvelle boîte hier, mais ça, c’est une autre histoire …

Commentaires

  • Bonjour Fiso, un grand BRAVO pour le poste, bien sûr mais aussi pour le diplôme. Bonne année (un peu en retard, mais sincère). Grosses bises. Martine

  • TU ES LA MEILLEURE SOPHIE !

  • FÉLICITATIONS! J'ai hâte d'en savoir plus!
    Bonne cuite, J-6 avant le carême !

  • Je n'ai qu'un mot : Bravo ! Et puis un autre, tiens : ça signe à la fois un parcours assez exceptionnel, et aussi une personnalité, juste indomptable. Tu t'es accrochée comme une lionne, t'as avancé avec les dents. Mais jusqu'où t'arrêteras-tu donc ?... Te reste à te mettre un peu à la politique, histoire de faire la part du particulier et du systèmique ;-) et puis à réussir dans ce nouveau poste, qui tiendra ses promesses, j'espère. Hâte de te voir avec le chapeau carré sur la tête, un ponpon, et ton diplôme enrubanné à la main... Bises

  • Martine,
    Merci ! Bonne année à toi aussi et au plaisir d'une soirée théâtre ensemble.
    Petits cailloux,
    La meilleure non, mais une source d'inspiration (comme toi avec ton incroyable reconversion) pour certains, sans doute, et cela me réjouit si mon exemple redonne de l'espoir aux plus découragés. C'est pour cela que je partage volontiers mon expérience et mes succès.
    Chachou (tiens, c'est nouveau ça !?

  • Mes réponses ont été amputées donc je continue ...
    Chachou donc,
    Merci !!!
    Pas de cuite, je te rappelle que j'ai un CDI à valider et que la route est encore longue (7 mois)

  • ... on se voit bientôt ?
    Oh!91,
    Prévois les kleenex pour la remise des prix, je ne garantis pas la bonne maîtrise de mes émotions ! La Sorbonne, quand même !
    J'ai repris goût aux études (enfin !) donc pas de bouton STOP prévu pour le moment

Écrire un commentaire

Optionnel