Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2yeux2oreilles

  • Sky Road

    L’autre jour, une commerciale de ma boîte à qui je racontais que j’allais bientôt démarrer un Master 2 en Gestion des Ressources Humaines a voulu connaître mon parcours.

    Après que j’aie conté les métiers exercés et la prise en main de ma carrière depuis 10 ans, elle a exprimé son étonnement et son admiration. Et m’a forcée à une réflexion que je n’avais jamais eue : « Qu’est ce qui t’a donné ce tempérament de battante ? »

    Lire la suite

  • When doves cry

    Il y a 3 semaines, le hasard me ramène dans un des quartiers de ma jeunesse, du côté de Plaisance.

    Assise à la terrasse du café où, il y a plus de 20 ans, je la retrouvais parfois, tirant sur une cigarette, je fixe son immeuble grisâtre et repense à mon amie Nathalie.

    Lire la suite

  • Back on the tracks

    Il bande encore, il n'est pas mort : non, ce blog n'est pas mort, en témoignent les certes rares mais régulières publications, ces derniers mois.

    2y2o m'a apporté et m'apporte encore trop de belles choses pour que j'y mette un terme : un lien solide avec quelques amis-lecteurs qui surgissent, fidèles, à chaque billet posté, des amitiés qui ont fait leurs preuves, la possibilité de revivre des moments inoubliables mais un peu oubliés "comme si c'était hier".

    Lire la suite

  • On soulève de la fonte à Montrouge

    Il est une petite ville, dans le sud de Paris, surplombée d’un édifice en brique rouge : un véritable beffroi, qui abrite une joyeuse guirlande de 27 cloches. Les coquines tintent régulièrement dans le ciel montrougien et j’ai déjà eu la surprise de les entendre bercer les habitants au son du p’tit quinquin, bien loin de son Nord natal.

    Un soir, j’avais fait la connaissance, au hasard d’un apéro improvisé chez le marchand de vins en face de la piscine, de Jean-Louis Voiland, l’un des carillonneurs municipaux et président de l’AMICAM (Les Amis du Carillon de Montrouge). Proche de la retraite, il m’avait invitée à venir visiter le carillon. Et le temps a passé. Parfois, en levant la tête vers le faîte du beffroi, je repensais à cette belle occasion ratée.

    Pour fêter l’arrivée de 3 nouvelles demoiselles à la jupe de bronze, la ville de Montrouge ouvrait au public, il y a 10 jours, l’escalier donnant accès à la terrasse  des cloches.  Le soleil avait décidé de nous honorer de sa présence, le ciel était bleu et mon agenda vide ; à moi le beffroi !

    Vers 14h45, je me présente à l’entrée avenue Victor Hugo et patiente en déchiffrant le panneau informatif.

    J’apprends ainsi que le beffroi de Montrouge, construit dans les années 30 à l’initiative du maire Emile Cresp, comptait déjà une cloche et que l’installation d’un carillon de 27 cloches, sur le modèle de ceux du nord de la France (nous y voilà !) date du passage à l’an 2000. Le carillon de Montrouge retentit pour la première fois à minuit précise, dans la nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000, alors que je m’apprêtais moi-même à fêter, décalage horaire oblige, le passage à l’an 2000 dans la capitale irlandaise où je vivais alors.

    Chaque cloche porte le blason de la ville et le nom de ses maires depuis 1790, date de création de la commune de Montrouge. Les sociétés Cornille-Havard, fournisseur récent de 9 nouvelles cloches pour la cathédrale Notre-Dame de Paris, et MAMIAS sont respectivement chargées de leur fonte et de leur installation.

    Munie du questionnaire à remplir, j’entame l’ascension. L’escalier majestueux du palais des congrès laisse rapidement la place à un escalier de pierre qui, rétréci et en colimaçon, devient de bois. 198 marches jusqu’à la terrasse des cloches, voilà une des réponses au questionnaire distribué aux visiteurs !

    A chaque étage, un panneau  informatif nous en apprend plus sur l’édifice et ses starlettes : la note jouée par chaque cloche, leurs mensurations et les particularités de certaines : la plus grosse mesure 73,1 centimètres de diamètre, pèse 239 kilos et joue le do. Un tableau démontre même qu’ « il existe une logique entre le poids de la cloche, son diamètre et la note jouée ».

    L’ensemble de 30 cloches représente plus de 2 tonnes de bronze, composé à 78% de cuivre et à 22% d’étain.

    Non loin du faîte du beffroi, 2 hommes discutent avec les visiteurs. Au premier coup d’œil, je reconnais Jean-Louis, visiblement sorti de sa retraite pour l’évènement. Avec son collègue carillonneur, Régis Singer, ils sont en pleine explication et je ne les dérange pas (encore). Je les écoute expliquer que les airs joués par les cloches sont commandés par le minuscule clavier électronique posé là. A droite, une horloge électronique égrène les secondes et comme il est 14h59, je ne patiente que quelques secondes pour entendre sonner les 15 heures.

    Carillonneurs de Montrouge.jpg

    Après les dernières marches, j’accède enfin à l’air libre (et frais). De la terrasse des cloches, on a une superbe vue sur Montrouge et sur le sud de Paris, au-delà du cimetière où repose, parmi d’autres célébrités, Coluche, l’enfant de la ville. Quasiment au pied du beffroi, on aperçoit la cité où il a grandi, l’hôtel de ville, le parvis et l’entrée toute neuve au métro. Plus loin, près de la N20, il y a la place où Robert Doisneau a longtemps vécu.

    Là-haut, je suis interviewée puis photographiée par Marc qui écrit pour le journal de la ville.

    Lorsque je redescends, Jean-Louis est seul. Je lui rappelle le cadre de notre rencontre, il y a plus de 5 ans et il me reconnaît. « Je n’oublie jamais un visage » dit-il, ajoutant un compliment.

    Jean-Louis est un retraité très actif. Il anime désormais la région dans laquelle il savoure sa retraite et, toujours président de l’AMICAM, revient régulièrement à Montrouge. Nous bavardons quelques minutes.

    Sur le parvis du beffroi, je m’installe dans un des 200 transats mis à disposition par la mairie et offre mon visage à la caresse du soleil jusqu’à ce que l’air retentisse d’un tonitruant « Tata Sophie ! » et qu’une petite fille aux cheveux mousseux me saute au cou.

     

  • Matthieu Ricard, livre de chevet des conducteurs de bus

    C’était un soir où, ayant quitté l’appartement douillet de mon amie P_o_L, j’attendais sur la place de Clichy un bus me ramenant dans le sud de Paris. Notre sereine soirée s’était terminée sur un échange d’anecdotes amenant à un constat bien négatif : la recrudescence des incivilités dans la rue, les transports et les accès d’agressivité difficilement contenue que cela générait en nous.  

    Il était un peu plus de 23 heures et à l’arrivée de mon bus, une violente altercation – pour parler comme à la télé - a eu lieu entre un passager (éméché / défoncé ?) et le chauffeur. Insultes pour l’un, menaces de commissariat pour l’autre, j’ai bien cru que ça allait en venir aux mains.

    Autant vous dire qu’au moment de monter dans le bus, l’atmosphère était électrique et son conducteur, qui n’a pas répondu à mon bonsoir, très énervé.  Comme à mon habitude, je m’installe à la première place, en diagonale du chauffeur que j’observe du coin de l’œil.

    Rue Blanche, encombrée par les sorties de théâtre, il soupire bruyamment derrière une voiture qui roule au ralenti mais attend les passagers qui sortent du théâtre et le hèlent. Au Palais-Royal, une femme monte sans titre de transport ; il ne l’intercepte pas mais je l’entends bougonner.

    Boulevard Raspail, une Autolib lui fait une queue de poisson et il assène un coup de poing sur son volant. Quelques mètres plus loin, un taxi pile devant lui, sans clignotant. « Il n’a vraiment pas de pot, me dis-je en mon for intérieur ». Je repense aussi à cette vieille théorie que j’ai vérifiée maintes et maintes fois, selon laquelle un sourire attire un sourire (et la mauvaise humeur, les emmerdes). L’état de tension dans lequel il se trouve visiblement me désole. J’hésite à aller me poster à côté de lui, comme je le fais parfois aux heures creuses, pour échanger quelques mots. J’ai le souvenir de quelques trajets fort agréables, comme ça, à discuter avec un conducteur sympa en traversant des quartiers prestigieux et chargés d’histoire. Mais mon chauffeur ne semble pas enclin aux échanges, ce soir.

    Le taxi, c’était la goutte de trop pour mon malheureux conducteur. Il fait un écart, s’arrête à la hauteur du chauffeur, ouvre sa porte avant et lance : « Vous allez arrêter quand, les taxis, de nous emmerder ? ». Le type n’attend pas son reste et démarre en trombe.

    A Denfert-Rochereau, mon conducteur, qui sait faire la part des choses, renseigne fort aimablement un voyageur paumé. A 3 stations de chez moi, me disant que si je suis renvoyée à ma place, la gêne sera de courte durée, je m’accoude à côté de lui avec un grand sourire : «  Vous n’allez pas nous faire un ulcère, quand même ? »

    Ouf, mon sourire a appelé le sien : «  Ah madame, ce métier ne vous réconcilie pas avec vos semblables, vous savez  .. .»

    Et mon chauffeur de bus, qui en a visiblement gros sur la patate, vide son sac. : « Vous avez vu le type à la place Clichy ? Et la femme à Opéra qui est montée en passant son sac sur le valideur ? Je la connais, je la retrouve sur d’autres lignes : seule ou avec ses gosses, c’est toujours le même manège, elle fait mine de valider  et elle ne paie jamais. Le problème, c’est que je n’aime pas afficher les gens. Et l’Autolib ? Et le taxi ? »

    Je compatis : « J’ai les mêmes dans le métro. L’autre jour, j’ai failli balancer un coup de pied dans les tibias d’un costard-cravate qui m’a fait un croche-pattes sans même se retourner. Heureusement que je ne suis pas un homme, je crois que je distribuerais des pains toute la journée».

    Je pointe l’inutilité de toute cette énergie dépensée négativement et lui suggère d’essayer la communication non-violente. « J’essaie vous savez, j’ai même acheté du Matthieu Ricard, mais c’est difficile ». On rit ensemble car moi j’ai le Dalaï-Lama et une biographie de Gandhi sur ma table de chevet. Je me sens moins seule, d’un coup.

    Il me parle de la nouvelle génération de chauffeurs et je le trouve touchant « : « Ça fait 13 ans que je fais ce métier et la nouvelle génération de chauffeurs me fait de la peine, franchement. Nous, les anciens, quand on se retrouve au terminal de bus, on se serre la main, on boit un café, on discute un peu. Eux, ils ne saluent personne, quand ils quittent leur bus, c’est pour se mettre sur leur smartphone, on dirait des autistes. Ce pays a vraiment un problème. »

    Ça fait un peu drôle de parler comme 2 vieux alors qu’on a la quarantaine, et lui peut-être même moins. Quand je descends du bus, il me donne rendez-vous sur un prochain trajet, qui sait ? et promet d’essayer de se concentrer sur les jolies choses de la vie. Je suis contente de lui avoir redonné le sourire et peut-être, d’avoir contribué à embellir ses 3 dernières heures de travail.