Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie & environnement

  • Cabbages and Condoms

    IMG_20131119_211353.jpgJ’avais repéré ce restaurant dans mon guide touristique et m’était promis d’y aller ; son propriétaire, Mechai Viravaidya, en reverse les recettes à la PDA, une association fondée en 1974 et  impliquée dans l’information et le développement de la population thaïlandaise. Il est surtout célèbre pour son implication dans l’accès à la contraception et la lutte contre le sida et s’investit dans de nombreuses autres belles causes, comme l’accès à l’eau, l’éducation des enfants ou la défense des droits humains. Donner son argent à une telle association, voilà une belle occasion de manger utile.

    Cabbages and Condoms se trouve entre les stations Nana et Asok, dans un quartier très animé, où les « salons de massage » et bars pour touristes à la recherche de sexe pas cher se succèdent. Musique rock, bière à gogo, pléthore de jeunes thaïlandaises court vêtues, qu’on croise au bras de vieux (et jeunes) Européens.  M. Viravaidya a du boulot.

    La première surprise, pour moi qui pensais trouver un modeste restaurant familial, c’est la beauté du lieu qui abrite Cabbages and Condoms.  Au bout d’une allée, une boutique vend plein d’objets artisanaux, fabriqués par les populations rurales, dont les fonds sont eux aussi reversés à l’association de M. Viravaidya . Je sais où je vais venir acheter mes cadeaux, moi (elle ferme à 22h30) … L’entrée, qui  débouche sur  un magnifique jardin intérieur, est gardée par deux mannequins aux tenues surprenantes ... Je prends un ticket car il y a 25 minutes d’attente et je vais boire un jus de goyave (si, si !) au Captain Condom bar, où la décoration est pleine d’humour et, contre toute attente, franchement réussie (qui eut cru qu’on puisse habiller des lampes d'objets  aussi moches ?)

    (Comme d'hab, cliquer sur la photo pour la voir en grand)

    Condoms.jpg

    [Z'avez vu, j'ai enfin retrouvé le mode d'emploi des montages photos !]

    Ca y est, une table s’est libérée pour moi. A l’étage, je m’installe dans un espace rafraichi par de nombreux ventilateurs et brumisateurs, surplombant les dineurs. Je suis absolument ravie d’être dans un endroit aussi beau, original et utile. La carte offre un très grand choix de plats végétariens, salades, soupes, curries, poissons, viandes, est prometteuse et originale, elle aussi.

    En entrée, j’opte pour des Kha Nom Jeeb (à moins que ce ne soit des Chaw Muang, j’ai un doute). C’est joli, ce mauve, et c’est bon !

    Ensuite, j’hésité à goûter la version C&C de ce crabe au curry pour lequel j’en pince, et je choisis un Gang Phed Ped Yang, un canard rôti au poivre vert cuit dans du lait de coco, accompagné du petit panier de riz gluant auquel je suis devenue accro.

    En dessert, je vais enfin pouvoir goûter ce dessert thaï si réputé, Khao Niew Mamuang, mangue et riz sucré. La carte des desserts est très alléchante - j'y ai même trouvé les fameux Bua Loi Nam King dont je me régale avec mon pote Jack à la Perle de Dalyan - et j’espère bien pouvoir revenir avec Rob et Richard pour en goûter d’autres !

    Cabbages.jpg

    Je remplis le questionnaire de satisfaction, paie la modique somme de 582 Bt. (+/- 14€) et gagne encore un cadeau surprise … un préservatif féminin ... alors ça, j’ai déjà testé et franchement, pas concluant, j’ai plutôt eu envie de rire !

    Je repars absolument ravie de cet endroit.Une seule suggestion : diminuer la ventilation et éteindre les brumisateurs (pas très écolo) car les plats refroidissent à la vitesse grand V. En dehors de ça, chapeau bas, M. Viravaidya !

    Cabbages and Condoms on 10 Sukhumvit Soi 12, Bangkok (TLJ jusqu'à 22h)

    Tel : (662) 229 4610 ou 229-4611-28

  • Mon Festival de l'Oh! 2013

    Hier, après le départ de Boucles Rousses, je démarre la journée (vers 11h) devant mon ordinateur et un bon café. Aux alentours de 13h30,  alors que je me dis qu’il faudrait que je me mette en route pour le festival de l’Oh!, la bouille de ma petite Colombienne s’affiche sur mon téléphone.

    « Sophie, qué haces ? » demande-t-elle.

    Du coup, je lâche mon blog, saute sous la douche et la retrouve sur un quai de métro à 14h45. Vers 15h15, nous voilà sur le quai de Bercy. En attendant le prochain spectacle, à 16h30, nous allons déjeuner.

    Cette année, le Danube a amené jusqu’à nous des spécialités allemandes, chouette ! Nous optons pour un Frankfurter menu et une belle wurst 100% boeuf (et oui!) couchée sur un lit d’oignons caramélisés et nappée d’une moutarde sucrée. En dessert, je choisis un strudel aux griottes et Paola s’aventure vers un gâteau au pavot dont la couleur lui fait croire à un gâteau au chocolat. En découvrant le nom du restaurant, je m’écrie : « Hey, le Stube ! Mais je vous connais ! Vous êtes rue de Richelieu, en face de l’Oustaou ! »

    - Ah vous connaissez, dit-il, l’Oustaou, j’y étais encore hier soir … Sont sympas, hein, Chichi et Kamel ? »

    Un peu que je connais Kamel et Chichi …

    Paola et moi nous installons sur un guéridon avec notre menu et une Becks. Je traduis le terme pavot à Paola et enrichis mon vocabulaire espagnol : le pavot se dit amapola en espagnol.

    Nous allons ensuite rendre une visite à un monsieur qui s'ennuie tout seul devant ses bouteilles d'eau sale. Il nous explique comment l’eau arrive jusqu’à nos foyers et est ensuite traitée avant d’être déversée dans la Seine.

    Plus loin, supervisés par des pêcheurs chevronnés, des gamins sont plantés au bord de l’eau, canne à pêche dans les mains, gilet de sauvetage autour du cou, un peu gauches. L’AAPPMA Des Pêcheurs de Paris et de la Seine   propose une initiation à ce « sport ».

    « Vous voulez essayer ? me demande un monsieur à la belle barbe blanche.

    - Non merci, je racontais justement à mon amie que quand j’étais gamine, la pêche mon gonflait parce que je n’attrapais jamais aucun poisson. Il faut de la patience, que je n’ai pas ».

    Le monsieur acquiesce et nous commençons à discuter de la pêche parisienne. Il confirme ce que j’ai déjà découvert sur le festival, à savoir que la Seine est bien moins polluée aujourd’hui qu’elle ne l’était au début du 20ème siècle. Il m’apprend même que l’on est passé de 10 espèces de poissons à 33 aujourd’hui.

    « Et vous pêchez quoi dans la Seine ? 

    - Des anguilles, des gardons, perches, brêmes, carpes et silures, entre autres .

    - Des anguilles ? Je croyais que c’était un poisson de mer ? 

    - Et bien, c’est le seul poisson amphihalin, c'est-à-dire qui vit à la fois en eau de mer et en eau douce ».

    Et le gentil pêcheur de m’expliquer que les femelles se font coincer par les mâles en estuaire (et là, crac crac, dit-il) et qu’ensuite elles remontent les rivières avant de retourner à la mer.

    [En faisant des recherches plus approfondies, j’apprends que les anguilles naissent toutes dans la mer des Sargasses, au sud de la Floride. Les larves traversent l’Atlantique et se transforment en civelles avant d’aborder les côtes européennes. C’est là que bon nombre d’entre elles finissent leur voyage dans les bodegas du nord de l’Espagne (les fameuses gulas dont le nord de l'Espagne est si friande). D'ailleurs je n’en mangerai plus, promis juré, car l’anguille est une espèce en voie de disparition. Et dire que j'en ai encore un bocal. Les survivantes, devenues anguilles jaunes, remontent les cours d’eau. Après une dizaine d’années, elles se métamorphosent en anguilles argentées et redescendent alors les cours d’eau pour refaire le chemin en sens inverse et aller se reproduire dans la mer des Sargasses.]

    Le gentil pêcheur appelle un de ses copains pour qu’il nous montre sur son téléphone l’énorme carpe qu’il a pêchée et un hideux silure de près de 2 mètres. Je les fais rire quand je leur confie que j’ai peur de me baigner dans la Loire à cause des silures qui te chatouillent les orteils (dixit ma mère que ça fait rire). Ce qu’ils me racontent ne me rassure pas : «On les a vus gober des canards. D’ailleurs, on s’est déjà posé la question de ce qu’il se passerait si un bébé tombait à l’eau … ». Pour finir sur une note plus gaie, il raconte son plaisir de pêcher à Paris, au pied de ponts et monuments magnifiques.

    A 16h30, nous nous installons sur des transats pour regarder le spectacle Concept Lavoir de la compagnie Massala : sur une péniche face à nous, des danseurs et danseuses évoluent  sur du hip hop mâtiné de chant lyrique. Paola s’assoupit quelques instants. Entretemps, je fais une découverte : les toilettes sèches. Bon, visiblement, peu de gens ont compris qu’il fallait saupoudrer leurs offrandes de sciure de bois …  

    A 17h, nous nous levons pour rejoindre la compagnie de théâtre de rue Collectif Bonheur Intérieur Brut. J’ai été tout à la fois amusée et chamboulée par leur « spectacle » La Montagne, incroyablement original, qui nous interroge et nous prend à partie sur le thème de la peur et du courage :

    « On a tous peur de quelque chose : peur des araignées, peur du noir, peur de ne pas réussir, peur de dire non, peur de son voisin ou de son patron, peur d’embrasser une fille, peur d’embrasser un garçon, peur des autres, peur de la foule, peur du chômage, peur des étrangers, peur de manquer d’argent. Et puis face à la peur, il y a le courage. Le courage des autres. Le courage de celui qui affronte, fait face, défie le monde, ose l'impossible. Avec ses six personnages, la Montagne explore et interroge les mécanismes de la peur et du le courage. »

    Comme vous pouvez l'entendre, j'ai trouvé ce pasage très drôle. Et après coup, assez déprimant car il illustre parfaitement pourquoi Paris est peuplé de célibataires. D'ailleurs, Paola s'est exclamé : "Ah oui, c'est vraiment les Français, ça !"

    J’aimerais beaucoup, beaucoup, découvrir leurs autres créations. Pour les suivre, leur site ou leur page FB.

    Et puis, à 19h, abandonnée par Paola qui avait filé à son cours de percussions, j’étais en train de m’assoupir sous un rare et précieux rayon de soleil lorsqu’une péniche s’est approchée du quai : des hommes en bleu de travail ont commencé à jouer sur de drôles d’instruments. C’est la compagnie Zic Zazou qui nous présente son spectacle « Sonnettes de brume » :

    Cet atelier de fabrique sonore à ciel ouvert, composé de 9 mariniers-musiciens, transporte un incroyable bric à brac musical. Sur le pont, ils usinent, meulent, percutent et, en écho aux trompes et aux cornes de brumes de la péniche, font jaillir de cette brocante flottante des musiques étonnantes, loufoques, surprenantes, avec un plaisir non dissimulé !

    Une fanfare vraiment loufoque qui m’a beaucoup amusée : je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire devant celui qui « mixe » avec sa perceuse. Doués, sympas et vraiment déjantés, les joyeux compères de la compagnie Zic Zazou ! D'ailleurs ils ont gagné la grande battle Carmen 2012  :

     

    Cette année, j’ai fait un passage éclair au festival de l’Oh! et comme à l’accoutumée, je n’ai pas été déçue du voyage ! Et je crois que ma copine Paola a d’ores et déjà pris son ticket pour l’année prochaine …

  • Festival de l'Oh 2013

    festival de l'oh,conseil général du val de marneJe m'attend aux vannes habituelles, étant donné que le festival de l'Oh est souvent arrosé (de pluie), ce dont je me désole. Même pas parce que la pluie, ça mouille, mais parce qu'un de mes amis se donne corps et âme pour que chaque année soit un succès et que celui-ci dépend moins de la qualité de sa programmation, qui est toujours au rendez-vous, mais de la météo. Depuis quelques années, nos saisons qui sont "cul par-dessus tête" impactent fortement sa fréquentation.

    Pour ma part, ce weekend, je reçois une invitée de marque et je me consacrerai entièrement à elle. C'est bien le moins que je doive à la belle Suissesse chez laquelle j'ai passé tant de moments gourmands et douillets.  Pourtant, j'ai bon espoir de pouvoir lui fausser compagnie quelques heures, demain après-midi, lorsqu'elle se mettra en route pour une longue séance de shopping parisien. Je ne rate jamais le festival car en dehors du fait que j'y retrouve des amis, c'est toujours l'occasion de découvrir des artistes et d'ouvrir grands mes yeux et mes oreilles, dans une ambiance festive et populaire, où s'amusent petits et grands enfants. L'année prochaine, j'espère bien le faire découvrir au soleil de ma vie, vous savez la petite fille qui m'appelle Tata Choufi ...

    Comme chaque année, j'ai reçu, il y a quelques jours, le mail d'un "infiltré" qui livre, à son cercle proche, sa petite sélection personnelle. Et comme vous me savez partageuse, je vous le livre quasi tel quel (je garde les bisous pour moi, non mais !).

    La programmation de cette 13ème édition est dédiée au Danube. On y accueille ainsi 98 artistes de 13 compagnies et 8 pays appartenant à son bassin.

    Pour tout connaître, il y a toujours le site Internet du festival (http://festival-oh.cg94.fr/). Mais pour te faciliter la tâche, j'ai sélectionné quelques suggestions à ton intention...

    Si tu es limité(e) dans tes déplacements, c’est à dire si tu n'utilises que les transports en commun, je te recommande évidemment l’escale de Paris (Quai de Bercy, face à la BNF).

    On y a deux beaux projets :

    Escale de Paris

    • Le premier est autrichien, c’est de la danse contemporaine. Willi Dorner et sa compagnie développent leur proposition « Fitting » selon deux modalités : en déambulation, au départ du Métro Quai de la Gare (samedi à 17h30, dimanche à 13h30), ou sur le site de l’escale, Quai de Bercy (samedi à 18h15, dimanche à 14h15)
    • Le second est un spectacle du Collectif Bonheur Intérieur brut, Montagne, qui s’interroge sur les mécanismes de la peur et du courage. Un très beau moment, qui a été sélectionné par le réseau Déambulation pour être diffusé sur de nombreux festivals cette année. Le festival de l'Oh! lui ouvre son bal. C'est escale de Paris, Quai de Bercy, samedi à 15h, dimanche à 17h.

    Tant que tu es à l’escale de Paris, tu pourras aussi assister aux représentations des spectacles du Carnaval de l’Oh! (tu sais, ce sont des spectacles de 30 minutes, installés sur des péniches , et qui se donnent en représentation dans  les escales selon le fil de leur itinérance).

    A Paris, tu auras la chance de voir MAI, (Cie Point Zéro), c’est de la danse contemporaine et du hip-hop (samedi à 17h), La nef des sorcières (Cies Quartet Buccal et Hip Tap Projet), c’est du chant et de la percussion corporelle (samedi à 19h), Concept Lavoir (Cie Massala), encore de la danse urbaine (dimanche à 16h30), ou encore Sonnettes de brume (Cie Zic Zazou), c’est de la musique jouée sur des instruments fabriqués avec des matériaux de bricolage (dimanche à 18h30).

    Il y aura aussi une conférence par l’une grande connaisseuse des cultures tziganes et de la communauté Rom, Claire Auzias, le dimanche à 15h. C'est plus politique, mais ça en vaut la peine pour dépasser les clichés et la stigmatisation...

    En prenant le temps, tu pourras t'organiser pour prendre une navette jusqu’à Maisons-Alfort, où il y a une escale assez bucolique sur l’île du Moulin brûlé. Tu y verras notamment une exposition de photographies monumentales du Hongrois Gabor Kasza, « Y ». Ca vaut vraiment le détour. Mais attention, la traversée est assez longue car il y a une écluse à franchir et, sauf si tu y es tôt, il peut y avoir une file d’attente…

    Escale de Vitry

    Si tu peux te déplacer en voiture, ou si le RER ne t'effraie pas, il y a, à Vitry-sur-Seine, près du Pont du Port à l’Anglais, une programmation assez affriolante, le samedi soir et le dimanche matin notamment. Perso, c'est mon choix...

    Samedi, c’est l’occasion de grouper plein de choses qui s’annoncent à la fois variées et de qualité. En le prenant à partir de 16h30 (mais avant, il se passe déjà des choses intéressantes) :

    • 16h30 : De la musique classique, avec un ensemble baroque hongrois et roumain, Donau Taraf
    • 17h30 : un des spectacles du Carnaval de l’Oh!, la Nef des sorcières (Cies Quartet Buccal et Hip Tap Projet), c’est du chant et de la percussion corporelle
    • 18h : une Fanfare d’inspiration Tzigane, en déambulation (Cie Dromaludaire – ça, c’est la Ville qui organise, je ne me porte pas garant…)
    • 18h45 : encore un spectacle sur péniche, 32 Amp. En 380 V., du cirque contemporain
    • Et puis surtout en soirée, dès 20h, le Concert du Boban / Marko Markivic Orchestra, la fanfare serbe qui s’est illustrée dans la BO d’Underground, d’Emir Kusturica. Ca devrait être assez endiablé !

    Dimanche,

    • les choses commenceront plus tôt le matin, avec à 10h30 une visite de l’exposition « Danube », commentée par les photographes
    • A 11h, le concert baroque hongrois et roumain du Donau Taraf
    • A 12h, une autre fanfare serbe pétillante, la Slobodan Salijevic Band
    • A 13h30, le Carnaval de l’Oh! avec encore Sonnettes de brume (Cie Zic Zazou), musique sur instruments en matériaux de bricolage (soit dit en passant, ce sont les derniers lauréats de l’émission de Nagy et Jean-François Zygel, la Grande Battle, avec un extrait de Carmen joué dans des cornes de brume en PVC)

    Escale de Bonneuil

    Si tu es audacieux(se), et qu’il te prend de t'aventurer jusqu’à la darse du port de Bonneuil, on y acceuille une installation plastique de la compagnie ukrainienne Barred, Le temps du vent, qui devrait être très chouette dans l’environnement semi-naturel et semi-industriel du Port. Une image forte en perspective !

     Je te laisse découvrir ici le reste de la programmation de Bonneuil.

    Escale d’Orly 

    Il y a autrement des moments assez chouettes prévus autour de la communauté Rom, notamment à l’escale d’Orly avec le cirque Romanes.

    Je sais déjà que certain(e)s vont aller y faire un tour. Vous viendrez nous raconter ?

  • Après le week end "fesses à l'air", la journée "peau du cul"

    Préambule : Je suis sûre que CUI aurait trouvé un bien meilleur jeu de mots à faire avec ce billet.

    Ca faisait un petit moment que j'avais envie de tester les voitures électriques d'Autolib. Une collègue m'ayant rassurée sur la simplicité de leur utilisation, il ne me restait plus qu'à attendre une occasion.

    En début de semaine, ressentant le besoin d'aller discuter avec JM, mon ami de presque toujours, je décidai de me lancer et scannai permis de conduire, carte d'identité et photo récente pour envoyer le tout par mail. Hélas, le message "Vos documents ont été validés, vous pouvez maintenant finaliser votre abonnement à une station Autolib'" arriva le lendemain matin.

    Mercredi soir, sortant du concert de mon frère, dotée de mon tee-shirt de groupie N°1, celui-ci me propose de les ramener, lui et ses potes, et de tester l'engin par la même occasion. Je n'ai malheureusement pas mon permis de conduire avec moi, sésame obligatoire pour finaliser ledit abonnement.

    Aujourd'hui, donc, je rejoins une station équipée d'une borne d'abonnement et découvre par la même occasion la ville d'Arcueil. Je trouve les stations Autolib' bien moins repérables que leurs jumelles Vélib' et c'est une épicière qui m'indique la station, sur le trottoir juste en face de moi. Les voitures grises, ce n'est pas non plus très accrocheur, visuellement. Enfin, pour une voiture écolo, ce n'est pas très joyeux, le gris !

    Dans la bulle, une jeune femme apparaît sur un écran et me parle, comme sur Skype. A cause du bruit de la circulation, je dois tendre l'oreille pour entendre ce qu'elle dit (détail qui a son importance, comme vous le comprendrez par la suite).

    Fort sympathique, elle m'indique qu'on va bloquer une caution de 50€ sur mon compte et m'explique comment prendre possession d'un véhicule. Je me plante, bien sûr, et débranche le mauvais véhicule. En fait, c'est exactement comme avec le Vélib, tu passes un badge sur un lecteur, tu tapes ton code secret, on t'attribue une voiture, tu la dévérouilles en passant ledit badge sur un lecteur près du rétro, tu débranches sa prise d'alim et en voiture Simone !

    A bord, un témoin de charge de la batterie indique 96% de charge. Un écran propose de visionner une vidéo qui t'explique comment rouler en mode automatique. Il y a même une option aide qui te permet d'appeler un conseiller directement à partir du véhicule. La classe.

    Au démarrage c'est très étrange, tu as l'impression que la voiture n'a pas démarré, et pourtant si, elle se lance, mais sans bruit !  La boîte automatique ne me dérange pas, j'en ai déjà eu une. Mon GPS ne me sert à rien car la Bluecar en est équipée, ni mon CD de Michael Kiwanuka (elle est dépourvue de lecteur). J'ai toujours l'option radio Nova, mais le volume sonore, bridé, est inaudible en circulation.

    C'est parti ! Après avoir vérifié auprès de ma charmante conseillère que c'était autorisé et possible, je me lance sur l'autoroute A6 en direction d'Evry. Ma voiture métallisée, plus haute que les autres, ne passe pas inaperçue. Je suis assez contente de faire de la pub à ce concept écologique et économique. Sur l'autoroute, j'atteins les 110 comme avec n'importe quelle voiture, aucune différence notable, si ce n'est le bruit du moteur, très différent d'une voiture à carburant. Un peu l'impression qu'on met les turbines et que je vais décoller.

    Peu après, je me gare sur le parking du magasin de JM qui m'attendait pour se faire conduire à la poste à bord de mon nouveau joujou. Comme moi, il est emballé par la petite voiture.

    A l'arrêt, incapable de verrouiller la voiture, je fais appel à un conseiller qui me répond instantanément et me rassure : il va remonter l'anomalie mais de toutes façons, personne ne peut utiliser le véhicule sans badge.

    Vers 18h30, j'appelle Boug' qui devait me retrouver chez moi à 19h30 pour un dîner viet'.
    "Je suis dans le coin, t'es partante pour une expérience inédite ? "
    Elle hésite ma Boug':
    - Ça dépend quelle expérience.
    - Je passe te chercher et on va dîner dans le coin"

    Je gare ma caisse devant le portail avec une demie-heure de retard sur l'heure de l'apéro. Une heure plus tard, après avoir, à la faveur de quelques ralentisseurs, pu mesurer l'assise un peu "dure" de la Bluecar, nous voilà sur le parking d'un restaurant de poissons. Boug' mitraille mon visage au-dessus du slogan "Libre comme l'air", qui dans ma tête résonne comme une promesse. Si seulement !

    autolib'

    22h30, je la dépose chez elle et reprend l'autoroute après avoir réservé une place à la station qui se trouve littéralement au coin de ma rue.

    "Vous avez 90 minutes pour rejoindre cette station; l'emplacement n°2 vous est réservé" me confirme le jeune homme que j'appelle. 20/20 le service client Autolib' !

    Absolument séduite par cet essai, j'appelle mon frère pour lui en vanter les mérites. Arrivée à destination, le témoin de charge de la batterie indique encore 40% d'autonomie après 100 kms de route.

    Je gare la voiture sur la place n°2, la rebranche, la verrouille et me dirige vers chez moi. Mon téléphone bipe "Merci d'avoir choisi Autolib. Votre location a duré 468 minutes pour un montant de 121.27 EUR."

    Je relis le message. 121.27 EUR ??? Qu'est ce qu'ils me chantent, Autolib', j'ai pris l'otpion à 10€, moi !
    Je commence à composer le n° du service client et me ravise. C'est gratuit d'un fixe, je vais d'abord vérifier sur internet que je ne me suis pas planté et j'appellerai de chez moi. Sur internet, je retrouve l'offre abonnement 24h. J'appelle. La jeune femme m'apprend que les 10€ sont le tarif de l'abonnement, mais qu'à cela il faut ajouter un coût de location à la demie-heure, "que je retrouve à gauche, sur la page". Je proteste sur le manque de clarté du site, dis même que j'ai les boules. "On vous l'a indiqué lors de l'abonnement". Peut-être, mais ça devait être quand je n'entendais rien, justement. C'est le moment que choisit ma box pour s'éteindre et mettre fin à mes jérémiades. Et là, contrairement aux autres fois, personne ne me rappelle. Je raccroche, résignée, imaginant déjà la tête de Boug' et de JM quand je vais leur raconter ma dernière mésaventure. Entre nous, je trouve que je les accumule un peu en ce moment.

    Sur gmail, un ami est le premier témoin de mon nouvel épisode des malheurs de Sophie. Il me trouve pétillante et rigolote, tu m'étonnes. On ne s'enuie pas avec moi, j'en ai toujours une bonne à raconter. Je préfère en rire, de toute façon je l'ai dans le cul, Lulu, mais j'aurais préféré claquer 120€ de lingerie plutôt qu'en aller-retour vers Evry  !

    En écrivant ce billet, je me remémore en mode aigre-doux le séduisant slogan affiché sur la portière de la Bluecar : "Libre comme l'air" ... mais surtout fauchée comme les blés !

  • Deux jours à l'Oh ! (ça mouille)

    Au festival de L’Oh!, y’avait pas beaucoup de soleil, du vent, des gros nuages sombres et de l’eau, un peu trop. Ca devient une blague qui se répète chaque année ou presque mais ça ne suffit pas à me décourager.

    Le festival de l’OH !, j’y ai circulé en bateau, à vélo. J’y ai mangé des glaces « Bollywood » au curry-coco, banane-cardamone, Earl Grey (trop bon !), j’ai même pécho la recette (et j'ai trouvé celle-ci sur le net).

     

    Festival 2011jpg.jpg

    Et puis, j’ai vu 2 fois la Flak, « déambulation plastique et chorégraphique » de la compagnie Ecart,  voguer sur sa péniche, et je me suis laissé émerveiller par ses danseurs évoluant au son du ukulélé, et les bulles de papier, comme des cocons. Un spectacle plein de poésie, délicieusement enfantin.

    Samedi, à Maisons-Alfort, où je suis parvenue après d’intenses efforts, un bain de soleil suivi d'une douche froide et un tour de toupie sur la Marne (hé oui, on est tributaire de l’écluse), j’ai écouté les envoûtantes voix de « Divana », un groupe de musiciens et poètes tsiganes du Rajasthan. En soirée, à Bercy, j’ai retrouvé le beau Anuj aux yeux de jais qui a rassemblé une foule curieuse et même intrigué le soleil au point de le faire bousculer les nuages.

    Dimanche, j’ai pédalé jusqu’à Bercy et un joli minois m’y a rejointe. On a refait un tour au stand de glaces, gagné des gourdes plates, vachement pratiques, vu la compagnie Pascoli et ses parapluies, qui heureusement n’ont pas eu d’autre utilité que visuelle et écouté la conférence de Vandana Shiva, écolo-féministe que j’ai raté lors des Mardis de l’Eau, qui se bat pour qu’eau et nourriture restent des droits et ne deviennent pas des marchandises. Cette femme charismatique gagne ses procès contre Monsanto et d'autres multinationales, parfois au terme de longues années de lutte. Les chiffres qu’elle fournit font froid dans le dos : 250.000 suicides de paysans indiens endettés par leur dépendance aux semences OGM.

    Cette édition fut une belle réussite. J’ai pensé à Céleste, qui aurait sans doute aimé y assister. L’année prochaine, un autre grand fleuve sera l’invité de ce festival populaire « unique en son genre car intransportable », où artistes et mariniers se rencontrent, où tous accomplissent des prouesses physiques et techniques. Un grand bravo aux organisateurs !