Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecologie & environnement - Page 2

  • On y est : à la flotte !

    festival de l'oh!Ça y est ! Coup d'envoi du Festival de l'Oh! (avec buvettes pour Nicolas). 

    La carte des escales dans lesquelles les festivaliers largueront les amares est visible ici. N'oubliez pas qu'à cette occasion, les organisateurs du festival, dont je salue ici le dévouement, vous proposent de vous réapproprier Seine et Marne en découvrant quantité d'activités nautiques comme le canoe-kayak, la voile, l'aviron, la yole, le Zodiac ou plus étrange, la puce d'eau mais aussi de rencontrer des pêcheurs.

    Je sens que je vais encore en prendre plein les yeux et les oreilles ce week-end, moi !

    Voici quelques propositions, dont on m'a soufflé au creux de l'oreille qu'elles figuraient parmi les incontournables du festival.
     
    1/ Au chapître des cultures du Gange, qui est le fleuve invité d'honneur, voici trois suggestions :
     
    à Sucy en Brie : Gangâ, une création du à la Compagnie Prana, mêlant danses traditionnelles indiennes à des compositions et des chorégraphies contemporaines.
    à Paris et à Orly, les maîtres de la danse Kathak, Arjun et Anuj Mishra, dans Shivaham, une évocation de l'eau et des mythologies du Gange.

    (NDLR : J'ai découvert la danse kathak, impressionnante d'énergie, lors d'une prestation du bel Anuj au centre Mandapa, en février dernier. Saviez-vous que cette danse est l'ancêtre du flamenco, lui-même né à Jerez ?)

    Flyer-Anuj-Sharmini.jpg

    PS : Dis donc, il se passe des choses aussi à Genève ... On m'aurait donc menti ?


    à Maisons-Alfort, un magnifique Salon de musique, avec exposition d'instruments indiens anciens, des artistes népalais, des tsiganes du Rajasthan, de magnifiques Râgas dans la pure tradition classique hindoustanique à la clé.


     
    2/ Au chapître des spectacles flottants et ambulants du Carnaval de l'Oh!, on m'a suggéré de ne pas rater :
     
    - la Compagnie Pascoli, La couleur de l'Instant - qui s'annonce coloré et sublime
    - Lady Gangâ, avec du Cirque indien embarqué,
    - le Vaisseau des Furies, par les mêmes voix qui vous avaient transportées sur le bras du chapître, à Créteil, l'an passé...


     
    3/ Enfin, pour les plus militant(e)s ou écolos d'entre-vous, n'hésitez pas à aller à la rencontre de Vandana Shiva, une des plus belles figures des combats pour un autre monde de notre temps, de Yannick Barthe sur les Risques technologiques (à Vitry), ou de plein d'autres personnalités toutes plus intéressantes les unes que les autres...

  • Water makes money ou l'eau transformée en fric

    Water makes money.jpgJeudi soir, le Conseil Général du Val de Marne m’avait invitée à la soirée d’ouverture de l’UPEDD (Université Populaire de l’Eau et du Développement Durable) qui programme, chaque 2ème mardi du mois, à Ivry, une conférence sur le thème de l’eau. Cette soirée d’ouverture se déroulait au cinéma d’art et d’essai le Luxy, à Ivry précisément. J’affectionne cet endroit auquel je trouve un air de cinéma ancien  et qui programme des films du monde entier.

    Ce soir-là, on y projetait Water makes money, le documentaire allemand de Leslie Franke et Herdolor Lorenz dénonçant la marchandisation de l’eau par les multinationales privées.

    Clairement pointées du doigt, Suez et Veolia dont les pratiques furent dénoncées par Jean-Luc Touly dans son livre « L’eau de Vivendi, les vérités inavouables », ce qui lui valut d’être licencié, il y a 5 ans, par Veolia puis réintégré il y a quelques jours suite à une décision du Conseil d’Etat.

    « La France a la particularité d'être le pays où la proportion de délégation de service public est quasiment inversée par rapport au reste du monde: près de 80% de l'approvisionnement en eau y est géré par Suez, Veolia et la Saur», souligne Jérôme Polidor de La mare aux canards, distributeur du film en France.

    Le documentaire donne aussi la parole à l’UFC-Que choisir qui a mis en évidence les prix de l’eau très abusifs pratiqués dans les grandes agglomérations urbaines. Dans une étude datant de 2007, il a comparé les prix facturés et réels de l’eau potable et décerné la médaille d’or de la surfacturation au SEDIF  (Syndicat de l’Eau d’Ile de France, présidé depuis presque 30 ans par André Santini), lequel toucherait une marge de près de 60%, suivi de Marseille (56,1%), Gennevilliers (55%), Lyon, Toulouse, Montpellier, Reims (plus de 40%). A l’inverse, Chambéry, Clermont-Ferrand, Annecy et Grenoble, gérées en régie municipale, présentaient alors des prix proches du coût calculés par l’association (10 à 15% de marge). Vous pouvez lire cette étude là :

    etude-sedif.pdf

    Nombre de villes, aujourd’hui font le choix d’un retour à une régie publique de l’eau potable : la ville de Rouen en début d’année 2010 et Paris au printemps dernier, avec un bémol puisque Veolia conserve la gestion des fontaines parisiennes.

    En revanche, Veolia a remporté, il y a quelques mois, le contrat de distribution de l’eau potable en Ile de France (contrat qu’elle détient depuis 1923). En Allemagne, la multinationale française a réussi, par des participations dans les services des eaux de plus de 450 communes, à prendre la première place dans l´approvisionnement  en eau potable et le traitement des eaux usées (source Watermakesmoney).Pour un état de la remunicipalisation de l’eau, consultez le site France Libertés, créé par Danielle Mitterrand.

    S’appuyant sur des séquences chocs où l’on pointe des fuites d’eau gigantesques sur le territoire français (25% en moyenne), « non traitées car facturées à l’usager », le manque d’entretien des équipements « conduisant inévitablement au traitement de l’eau, facturé lui aussi », la forte proportion de chlore et le mauvais goût de cette eau, justement, le documentaire milite clairement pour un retour en régie publique.

    Il pointe aussi du doigt les liens étroits entre politiciens et dirigeants des multinationales de l’eau : Dominique de Villepin, ex conseiller international chez Veolia, Eric Besson à la tête de la fondation Vivendi (Veolia), et jusqu’à André Santini qui envoie des courriers officiels sur papier à en tête Veolia …

    Si Water makes money est l'objet de nombreuses controverses, une chose est sûre : la guerre de l’eau a déjà commencé. Problèmes et solutions, le débat est ouvert. Et vous, savez-vous au moins à qui vous payez votre eau ?

     

    D'autres liens intéressants :

    Géopolitique et guerre de l'eau

    Haro sur les géants de l'eau

    Les factures salées de Veolia

    Comment les multinationales transforment l'eau en argent

    Le programme de l_UPEDD_web.pdf

     

  • Fiso, les pieds dans l'eau

    J’ai passé un super week-end. Au bord de l’eau, les pieds dans l’herbe, sur fond de musiques africaines et électroniques.

    C'était ma 2ème participation au Festival de l’Oh ! et j’ai apprécié cette édition encore plus que l’année dernière. C'est quoi le festival de l'Oh ? C'est ça :

     

    Pour commencer, j'ai choisi l'escale de Vitry sur Seine, où le festival s’était installé à hauteur du Port-à-l’Anglais, un pont suspendu qui n’est pas sans rappeler celui de Brooklyn.

    Je descends sur la berge où je bois un verre avec mon ami Igor. Peu après, la compagnie Pascoli se jette dans le vide pour un spectacle plein de poésie, au ras de l’eau, sur des musiques qui donnaient furieusement envie de danser (photos Igor, qui a décidément de l'or au bout des doigts)

    IMG_010865.jpg
    IMG_010873.jpg
    IMG_010918.jpg
    IMG_010915.jpg
    IMG_010975.jpg
    IMG_010988.jpg

    Le long de l’eau, une expo photos illuminée par la majestueuse Aminata Traoré, que j’avais écoutée à Vitry, d’ailleurs, et Igor qui immortalise le corps sculptural de mon escorte.

    As et Aminata.jpg
    As plongeon.jpg
    As les regarde arriver.jpg

    Alors Boug', moi aussi, j'ai de beaux mecs en rayon, hein ?

    Je discute avec des festivaliers qui s’inquiètent des coupes budgétaires de cette édition 2009 (moitié moins d’escales par rapport à 2008) et craignent la disparition de ce festival populaire. Difficile pour les communes, dans le contexte actuel, d’allouer un budget pour un évènement culturel, même si celui ci est fortement apprécié des citoyens.  

    Plus tard, concert d’un groupe malien, Dangana. La ville de Vitry ayant eu la mauvaise idée de fermer l’espace restauration avant même le début du 2ème concert (il est à peine 22 heures), nous quittons les lieux pour rejoindre le KB et ce très bon restaurant italien en bordure de la N7.

    Le lendemain, j’ai RDV à Ablon-sur-Seine. Ce que j’aime par-dessus tout, avec le festival de l’Oh !, c’est qu’il me permet de découvrir les berges de villes jusqu’alors inconnues. Ablon, c’est joli et ce serait parfaitement bucolique sans le ballet incessant des avions qui décollent d’Orly tout proche. Sur une péniche, face à nous, la pièce de théâtre « Le grand choix » de la compagnie Hercub’  nous a fait rire jaune : 

     « Le Grand Choix est une émission de téléréalité. Des clandestins débusqués sur une embarcation ont le choix entre se rendre à la police où participer à l'émission, avec à la clé: papiers, travail, asile, logement...et il n'y aura qu'un seul gagnant. »

    Tandis qu’un ami profitait des séances d’initiation à la voile, je me prélassais dans une chaise longue en écoutant du très bon reggae. Sur la Seine, les navettes fluviales du festival transportaient des populations joyeuses. Après une visite instructive des maisons de l’Oh ! et un quizz testant mes connaissances en matière d’eau (score 17/26), direction Orly. J’ai apprécié l’organisation de minibus-navettes pour transporter les familles. A Orly, ça manquait un peu de musique mais l’ambiance était bon enfant. C’était l’heure du goûter alors j’ai mangé un tiakri puis, chaleur oblige, somnolence et soupirs de plénitude au bord de l’eau dans ces très confortables transats en toile beige.

    Un air de tango parvient jusqu’à mes oreilles ; face à moi, sur l’eau, une péniche et des danseurs. C’est le spectacle « Les Noces de trottoir » des compagnies Tango Sumo et Vendaval.

    Peu après, une voix féminine a capella, puissante et légèrement éraillée, s’élève au milieu de la foule. Une superbe africaine, dans une tenue traditionnelle associée à des talons aiguilles qui galbe à merveille ses formes parfaites, chante en bambara (je crois). J’aurais bien aimé qu’on me traduise ce qu’elle disait. Sans transition, une musique électronique draine un mouvement de foule vers un podium sur lequel des dizaines de sachets contenant de l’eau sont posés. Dans une chorégraphie énergique, digne des pires clips de rap bling bling, une jeune femme à poil très légèrement vêtue et en talons aiguille transperce les sachets d’eau de ses talons et se laisse tomber dessus, éclaboussant les enfants amusés. Les hommes, ravis d’un si beau spectacle, dégainent les téléphones portables pour filmer la performance, sous le regard faussement indifférent de leurs femmes. Plus tard, je discute avec une maman qui traîne 2 enfants à moitié endormis et confie « C’est vraiment sympa ce festival, et les minibus-navettes, une vraie bonne idée de la mairie mais je n’ai pas aimé la chorégraphie. Ce n’était pas un spectacle approprié à des enfants ».  

    Le festival de l’Oh, malgré de cruelles restrictions budgétaires, a encore cartonné cette année (merci le soleil !)

    Entre 150.000 et 160.000 visiteurs sur les 10 escales, 15.000 personnes transportées sur les navettes fluviales et 21.000 € collectés pour le collège de Zinder.

    Alors, l’année prochaine, amis franciliens, vous y allez ?

    Fiso et Igor.jpg

     

  • Eteins la lumière !

    Enfin une bonne initiative !

    On nous a annoncé il y a peu la signature d’un accord d’intéressement et une prime annuelle allant de 0 à 1800 €.

    On dirait que les dirigeants ont enfin réfléchi à un moyen de fidéliser les employés ; faut dire que le turnover, qui a toujours été élevé, a battu tous les records l’année dernière : 23 % !

    Comme ma société ne fait pas de bénéfices (ne ricanez pas …c’est un peu plus compliqué que ça mais vous comprendrez que je ne puisse en dire plus), on ne peut pas nous donner une participation aux bénéfices. En revanche, en accord avec notre communication médiatique sur l’environnement et la solidarité, notre direction va nous reverser une prime en fonction des économies réalisées, grâce à un effort collectif. Et je trouve ça génial.

    D’abord parce qu’ici, c’est quand même pas mal « chacun pour sa gueule ». Ensuite, parce que je suis un peu écolo et que ça me déglingue d’entrer dans des salles de réunion vides avec lumière et clim’ qui tournent à fond …

    Plusieurs postes de dépenses ont été définis : l’électricité, les fournitures et consommables (eau, papier), la téléphonie etc.

    Dans la mesure où la réduction et même la stabilisation des dépenses garantit la prime, ce sont des objectifs tout à fait réalisables ; et comme la plupart des critères dépendent directement de mon service (dont un rien que pour moi), ça fait qu’on a des objectifs vraiment motivants pour l’année à venir.

    Ca se bouscule dans les couloirs depuis … du moment que ça ne se transforme pas en délation d’untel qui n’a pas éteint sa lumière ou en épluchage des notes téléphoniques …

    Je comprends mieux pourquoi mon boss m’a demandé de faire des tableaux de bord quotidiens pour tout le service …

  • Salsa en liberté

    20h15 hier soir, je descends dans un parking près de chez moi pour y récupérer une voiture que j'ai louée pour la soirée auprès d'une société d'auto-partage. Particulièrement adaptée aux citadins, que ce soit pour des raisons écologiques ou économiques, ce concept se développe dans de nombreuses villes de France. A Paris, on trouve Caisse-Commune, Mobizen et Okigo , mais aussi en Alsace, à Lyon, à Marseille, bientôt à Toulouse (en projet) etc.

    Je passe ma carte d'adhérent sur le pare-brise, les portières se dévérouillent. J'ouvre la boîte à gants, compose mon code secret sur un clavier qui libère la clé de contact. Carte grise, carte de carburant (celui-ci est compris dans le prix de la location), tout est là. Je passe faire un plein - gratos, si vous avez bien suivi -sur le quai d'Ivry avant de prendre l'autoroute A4. Ma Clio toute neuve a 20 kms au compteur.

    Au bord d'un lac, en plein air, de la musique latina, une soirée salsa. Un homme tatoué cuit des merguez et des cuisses de poulet sur un grill. Je suis un cours, histoire de me remémorer ceux dispensés à Dublin par Tony, mon ami cubain, il y a plus de 10 ans. Les pas de salsa, mambo, rumba, ça je connais. Les habitués nous rejoignent et je m'applique à mémoriser le "di le qué si" (dis-lui oui) et son pendant, le "di le que no"(dis-lui non). Les danseurs mâles sont tous confirmés et me font virevolter. Je m'amuse beaucoup même si je dois faire attention à ce que mes talons aiguille ne se coincent pas dans les interstices des lattes du ponton.

    Vers minuit, je reprends l'autoroute et gare ma voiture dans son parking. Je papote un peu avec le gardien et lui explique le concept, qu'il ne connaît pas. Il risque de me voir souvent car je suis enchantée de cette prémière expérience de l'auto-partage.