Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Femme active - Page 4

  • Entretien chez PZ - Part I

    A 8 heures le mercredi matin, je me présente devant un portail. Le directeur commercial, la quarantaine, m’accompagne dans une salle où attendent 2 autres hommes : le PDG de la boîte, grand et bel homme aux cheveux blancs, et un informaticien. Il fait une chaleur étouffante (c’était l’époque où Paris flirtait avec les 35°C) et j’essaie de faire abstraction du tailleur pantalon qui me colle à la peau.

    Mon interlocuteur me demande d’office de présenter mon parcours. Un étrange interrogatoire se met en place ; ils veulent que je leur explique comment je forme, quels types de clients, les méthodes que j’utilise. Ils vont jusqu’à me demander comment mes précédents employeurs préparent les formations clients, quels tarifs ils appliquent, informations que je juge confidentielles et que je fournis de façon très évasive.

    Le caractère très pédagogique de leurs questions me donne rapidement la désagréable impression qu’ils sont à la pêche aux informations, ce qui s'intensifie lorsque le PDG s’exclame « Ah ça c’est une bonne idée ! » et prend en note ce que je viens de dire. Je place difficilement quelques questions; j'apprends ainsi que le directeur commercial est en poste depuis quelques mois. Il doit être en période d'essai et a la pression. Mes interlocuteurs enchaînent les questions; j'ai bien envie de leur rappeler que j'attend de savoir ce qu'ils ont à me proposer. 1 heure s’est déjà écoulée sans qu’on ait parlé du poste et de leur organisation.Je veux bien que mes potentiels futurs employeurs aient besoin d'être rassurés sur mon adéquation avec leur recherche mais de mon côté, je ne suis pas en train de quémander un job. 

    Le directeur commercial évoque l'importance d'être flexible avec les clients. Je réponds que c'est une des principales qualités d'un formateur : s'adapter au public, être capable de faire face aux imprévus. Il insiste sur l'importance de faire ce que le client veut. Je ressens le besoin de clarifier. Qu'entendez vous exactement par flexibilité ? Et c'est là que mes appréhensions se vérifient.
    " Et bien, par exemple, me dit-il, j'avais une formation prévue pour 6 personnes et quand je suis arrivé sur place, on m'a dit que 7 autres personnes allaient y assister. Toute la journée, les gens sont entrés et sortis à leur guise, il fallait répondre à toutes leurs questions, ce n'était vraiment pas évident et en fin de journée j'étais épuisé.
    - Ah oui mais ça ce n'est pas possible. Il faut fixer les règles au départ, une formation ce n'est pas une kermesse. Il y a un programme à couvrir, un timing à respecter et pour ça, il faut que les participants respectent les règles. Le client doit comprendre qu'on ne peut pas fournir la même attention et qualité à 13 personnes qu'à 6. Le nombre de participants doit être verrouillé en amont.
    Le dirco n'est pas d'accord : " Ah non, c'est le client qui décide, il ne faut pas entrer en conflit avec lui. C'est comme ça, on a pas le choix, il faut s'adapter. 
    - Il ne s'agit pas d'entrer en conflit mais d'être professionnel. Le respect vaut dans les 2 sens. En acceptant tout et n'importe quoi, on prend le risque de ne pas remplir sa mission, qui était de former 6 personnes, et surtout d'en mécontenter 13.
    Il poursuit : 
    " Ben non, vous voyez, parce que justement une des personnes qui était venue voir de quoi il s'agissait a été très intéressée par le progiciel et a demandé une démo, du coup j'ai occcupé les autres avec des exercices et je lui ai fait une démo pendant 2 heures. Il faut être capable de s'adapter aux demandes du client, il n'est pas question de dire non parce qu'il y a peut être une commande à signer à la clé."
    Ah ! Nous y voilà ...
    - Oui mais là on ne parle plus de formation mais de démo commerciale, et ce n'est ni le lieu ni le moment. J'aurais proposé à cette personne de fixer un rendez-vous pour faire la démo ultérieurement."
     
    Le dirco ne semble pas apprécier ma réponse et reste buté. J'explique mon point de vue : selon moi, pour garder la confiance du client, le formateur ne doit pas avoir de double casquette et surtout pas de rapport marchand avec lui. Ce n'est pas que je sois contre l'idée de vendre : un formateur, de par sa relation privilégiée et désintéressée avec le client, est sans doute la personne la mieux placée pour détecter ce qui pourrait répondre à ses besoins. Mais vendre doit être une opportunité pas un but.   J'ai l'intuition que mes appréhensions sont en train de se confirmer : monsieur le dirco cherche une commerciale déguisée en formatrice.

    Mes interlocuteurs changent de sujet : ils souhaitent savoir en combien de temps je pense pouvoir mettre en place une plateforme e-learning. Tout est à faire : contenus, choix du fournisseur. Etant donné que je ne serai à priori au bureau que le vendredi, j'avance un minimum de 6 mois et argumente en prenant l'exemple de mon employeur actuel qui s'est donné 1 an. " Ah nous c'est vraiment urgent, répondent-ils, il faudrait que ce soit en place sous 3 mois."
    En toute honnêteté, je réponds que cela me parait très optimiste.
    A 10h55, mes hôtes sifflent la fin de la partie et demandent si je peux revenir le lendemain soir leur faire une présentation de ce que je compte mettre en place dans un délai de 30, 60 et 90 jours. J'aurai 30 minutes pour présenter mon projet. Je leur dis que cela va m'être difficile compte tenu du délai très court qui m'est donné. 
    " Faites ce que vous pouvez, dit le PDG, même rapide, en Excel, Powerpoint, comme vous voulez, juste pour avoir une idée de comment vous voyez les choses".
    J'accepte en prévenant que je ferai le maximum mais que ça restera succinct.
    Ils précisent qu'ils vont enchainer les rendez-vous jusqu'au jeudi soir. D'ailleurs, demande le PDG, vous avez travaillé chez HD, vous connaissez X. ? Pas vraiment surprise, je souris : bien sûr, c'est mon ancien responsable.
    " Elle a postulé aussi, dit-il, mais ça ne convenait pas."
    Tu m'étonnes, pensé-je, elle n'allait pas lâcher son poste pour vos 32k€ ... N'empêche, pas terrible les mecs votre respect de la confidentialité ... Imaginons que je sois en mauvais termes avec mon ex boss et que je veuille lui nuire ....
    " Vous avez des questions ?" demande le dirco en rangeant ses affaires. Je prends ma liste et commence à aborder la durée des formations, le public visé. Il coupe court : " Je suis désolée mais nous avons un autre candidat qui arrive dans 5 minutes".
    Je fais la moue. Ils proposent que je les contacte par téléphone ou mail si j'ai des questions et me raccompagnent jusqu'à la porte.

    [A suivre ...]

     

  • Un temps de réflexion - part II

    J'ai décidé de tout mettre en oeuvre pour fausser compagnie à mon employeur mais pas à n'importe quel prix. Cette fois je ne cherche pas un poste de consultante formatrice sur "un" progiciel mais un poste de consultante dans le domaine qui me passionne : l'humain.
    Je l'avais compris dès la première journée de la formation à la communication suivie en avril: j'avais raté mon virage professionnel en intégrant le secteur de la finance.

    La cible de mes recherches, et mon projet professionnel pour les années à venir, m'apparaissent alors comme une évidence : le recrutement, la gestion des talents et plus globalement tout ce qui touche aux ressources humaines. Mes dernières expériences professionnelles m'ont convaincue que les français sont mauvais dans la gestion des talents. Je cible donc les éditeurs de progiciels spécialisés dans ce domaine. J'ai une autre exigence, mineure celle-là : dans la mesure du possible, pas plus de 45 minutes de trajet.

    Je parcours les études et forums pour établir la liste des entreprises à cibler. Je réponds à 3 annonces et envoie 2 candidatures spontanées.
    Sur les 5 entreprises qui ont reçu ma candidature, 3 sont sur mon podium : un éditeur français qui se trouve à moins de 100 mètres de mes bureaux, une boite canadienne, inconnue de moi jusqu'alors, et un grand groupe français. Je reçois les habituels accusés de réception qui promettent une suite "si".

    Le premier écho à ma candidature émane de l'éditeur du coin de la rue, la semaine suivante, pour un poste de Customer Support Consultant. J'ai un contact téléphonique avec la RH puis dans la foulée, un entretien téléphonique avec mon futur responsable que je sens tiède.
    Il promet de me rappeler sous 2 semaines, quelle que soit sa décision. Sans nouvelles, je le relance. Visiblement il a oublié jusqu'à mon nom. "Ah je ne vous ai pas rappelée, c'est ça ?". En effet. Il bredouille que le poste a été pourvu et fouille sa mémoire (c'est fou tout ce qu'on perçoit au téléphone). Ça y est, il me remet. Je n' ai pas été retenue car il a trouvé mon profil "trop marqué formation". Il s'excuse de m'avoir oubliée et assure que cela ne lui est jamais arrivé.
    Je raccroche en esquissant une moue ironique : tu parles d'un expert de la gestion des humains ! Sans grande déception de mon côté finalement puisqu'il s'agissait d' un poste sédentaire.

    J'ai aussi envoyé plusieurs candidatures spontanées : à Oracle, éditeur de Taleo, à une petite boite dans le 17ème, pourtant tous deux hors périmètre géographique. Sans suite.
    En revanche je suis fort déçue de n'avoir pas réussi à attirer l'attention de la boîte canadienne qui figurait en première place sur mon podium. On me dira ce qu'on veut, ce sont les boites américaines qui m'ont offert les meilleurs managers. Cette fois je travaillerais bien pour des canadiens, qui sont réputées pour veiller au bien-être de leurs salariés.

    Courant juillet, j'écume les annonces et en répère une pour un formateur futur responsable formation, tout près de chez moi et sur la route de la Comète. L'annonce est assez mal rédigée et peu vendeuse mais la solution sexy : elle promet une gestion collaborative et plus efficace des projets. Et ça, ça me parle.

    Un détail me fait pourtant tiquer : je dépendrai du directeur commercial. Mes réticences sont fondées : dans mon ex-boîte, le service formation était chapeauté par le directeur commercial. Et je peux bien vous l'avouer : nos intérêts divergent et nous ne parlons pas le même langage.
    J'envoie ma candidature et suis appelée le lendemain par celui qui serait mon futur responsable. J'en apprends un peu plus sur le poste, qui est à pourvoir de toute urgence car des formations sont planifiées. Le recrutement doit être finalisé avant le départ en vacances du PDG, le jeudi même.

    Il ne reste que 2 jours et son agenda est très chargé. Il insiste pour que nous nous rencontrions le mercredi matin, avant que je parte travailler. Devant la formidable perspective de mettre en place un service formation, j’accepte, précisant que je n’aurai qu’une heure à leur consacrer.


    [A suivre...]

  • Chronique d'un fiasco annoncé - part I

    J'ai été assez peu active sur mon blog ces dernières semaines, à l'exception de la parenthèse enchantée à Bangkok. C'est parce que j'ai vécu une période assez stressante depuis 7 mois, qui vient de se clore par un heureux et néammoins surprenant épilogue. Et maintenant je peux tout vous raconter.

    Il y a 7 mois donc, en avril, j'ai changé d'employeur. J'ai déjà évoqué mon désaccord avec la politique de mon ancien PDG, j'avais envie de travailler en anglais, dans une boîte réellement internationale, sur un progiciel en mode SaaS, et accessoirement je souhaitais que mon salaire fasse un bond au moins égal à celui du coût de la vie.
    Mon nouvel employeur m'offrait tout ça, plus la perspective de prendre part à la mise en place d'une plateforme de e-learning. J'avais été très favorablement impressionnée par la rigueur de leur processus de recrutement, la place visiblement dédiée au suivi des clients, les procédures en place, et espérais, en tant que consultante formatrice, y parfaire mon andragogie (mot appris cette nuit, non non, pas sur l'oreiller, et que je ressors pour le mémoriser).

    Dès la première semaine, l'ambiance dans mon service est loin d'être aussi conviviale que les entretiens d'embauche ne l'avaient laissé croire. Ma boss s'occupe de moi la première journée puis me refourgue à un de mes collègues qui entreprend de me former sur le logiciel. Je constate qu'il n'a visiblement pas été formé à la formation.
    Le reste de la semaine, ma boss ne me gratifie que de saluts maussades. Quand à ma collègue féminine, elle ne me calcule pas jusqu'au vendredi où j'ai soudainement droit à 45 minutes d'exposé sur mes pompes et un thème astral. Les semaines suivantes sont notées "travail personnel" sur mon agenda. Quand je pose une question, on me répond très brièvement. J'ai le sentiment qu'en dehors du formateur hollandais, moins je sollicite mes collègues, mieux c'est.

    Au bout de 3 semaines, alléluiah ! Je suis, avec d'autres nouveaux arrivés, un parcours d'intégration de 2 jours orchestré par mon PDG et les principaux responsables de la société. C'est passionnant, j'ai l'impression de faire partie d'une grande aventure, je reprends espoir. Je me lie d'amitié avec une commerciale super sympa et une de mes collègues directes, une chef de projets roumaine qui roule délicieusement les R. Et puis je retrouve mon ordinateur et l'atmosphère plombée de mon plateau. Mes deux collègues formateurs ne s'adressent pas la parole. J'entends, sidérée, mon N+2 répondre à une cliente mécontente en dénigrant mon collègue - absent - puis se foutre de la cliente lorsque celui-ci revient au bureau. Pas bien. Je me dis que j'espère qu'on ne fera pas ça avec moi.

    Mi-mai, ma boss, qui dispense aussi des formations, me donne rendez-vous chez un client. Je débarque là sans connaitre le contexte ni savoir ce qu'on va y faire car elle n'a pas daigné me briefer au préalable. Je suis surprise par toutes les erreurs "pédagogiques" qu'elle commet : objectifs inexistants, programme de la formation non annoncé, pas de tour de table, pas de pauses. Je commence à deviner qu'elle ne pas m'aider à développer mes talents de formatrice.
    En parallèle, comme je m'ennuie toute seule devant mon PC, je propose de commencer à alimenter une foire aux questions destinée à être intégrée à l'aide en ligne, ce qui me permet de valider mes connaissances et de revoir certaines fonctionalités du logiciel.

    Mi-juin, enfin de l'action ! J'intègre mon premier vrai projet et participe à quelques ateliers préparatoires chez un client très sympa dans le 91. Mes affinités avec la chef de projets roumaine se sont confirmées et elle partage la même analyse que moi sur la drôle d'ambiance qui règne dans notre service. Dans mon agenda, les réunions mensuelles de mon équipe d'avril, mai et juin ont systématiquement été annulées. Les échanges avec ses collaborateurs ne semblent pas être la priorité de ma boss qui arrive chaque matin au bureau avec une mine déterrée et s'en tient strictement aux formules de politesse.

    Fin juin, mon collègue hollandais, le seul sympa, m'annonce en aparté qu'il vient de claquer sa dém sur un coup de colère. Ma boss, qui ignore que je suis au courant, propose un déjeuner et se préoccupe de mon ressenti, pour la première fois depuis mon arrivée. Je reste sur la réserve.

    Le lendemain, gros clash : j'apprends que j'étais attendue le matin même chez un prestataire de services, sans que personne n'ait daigné m'en informer. C'en est trop, je suis furieuse et me rends à l'évidence : "ça ne va pas le faire". Le soir même, je reprends ma recherche d'emploi, réactualise mon CV et postule à 5 offres. La période d'essai des cadres étant passé en 2008 à 4 mois renouvelables, il me reste au moins 3 mois pour trouver une entreprise qui me conviendra mieux.

    [A suivre ...]

  • Premère journée de travail à Bangkok

    [Préambule : Désolée les amis, je ne vous ai pas écrit hier mais c'est la faute de l'extraordinaire masseuse thailandaise qui m'a pétrie hier soir : je me suis écroulée en rentrant à l'hôtel. Je profite donc de ma pause déjeuner pour rattrraper mon retard car, vous vous en doutez, j'ai déjà beaucoup de choses à vous raconter ! C'est pas bien grave, il n'est que 7h03 en France ...]

    Ce matin, je me lève bien avant mon réveil ; il est 6h30 lorsque j’ouvre la porte-fenêtre de ma terrasse pour ma séance de saut à la corde. Ma première nuit à Bangkok a été courte : je n’ai dormi que de minuit à 3h30. La faut au décalage horaire sans doute car mon lit est ultra confortable et ma chambre silencieuse.

    N’empêche, même la tête dans le cul, faire son Rocky Balboa avec une telle vue me console. En revanche, je suis en nage au bout de quelques minutes et finis en slip et soutien-gorge. De toute façon, je n’ai aucun vis-à-vis, donc pas de problème.

    A 8h15, je descends au petit déjeuner. Ptain, ça rigole pas dans le coin ! A côté des traditionnels pancakes et œufs au plat, il y a des marmites de soupe et plusieurs plats de porc au curry, bœuf à la japonaise, nouilles sautées. Et je constate que les gens mangent vraiment ça au petit déjeuner. A la télé, CNN diffuse en boucle les images des Philippines dévastées. Je me dis que ça doit rappeler de biens mauvais souvenirs aux Thailandais.

    A 8h45, comme convenu, je retrouve la « lady in black » dans le hall de l’hôtel. C’est comme ça qu’elle s’est décrite par mail, et en retour je lui ai envoyé une photo de moi. Je mets enfin un visage sur son prénom. Elle nous a commandé un taxi, pourtant leur bureau n’est qu’à une station de skytrain de là. « Il fait trop chaud pour moi » explique W.

    Me voilà accueillie avec un café et un verre d’eau. Je découvre enfin les visages derrière les noms de celles avec lesquelles j’ai fait plusieurs conference calls, ces derniers mois. Nous branchons les ordinateurs et démarrons la journée. Elles sont très sympathiques mais ça n’est pas vraiment une surprise : ne dit-on pas que la Thailande est le pays des sourires ?

    Vers 11 heures, W. me tend un menu pour que je fasse mon choix. J’ai décidé de manger rapidement dans la salle de formation car j’ai deviné qu’elles avaient beaucoup de travail et ne veux pas les monopoliser en les obligeant à m’accompagner à l’extérieur. Je commande, un peu au hasard, des nouilles au poulet. En fait, c’est un peu bizarre, il y a une sorte de soupe qui l’accompagne. Je m'apprête à la boire mais heureusement, W. précise que c’est la sauce. Le lendemain, je découvrirai sur le menu qu’il s’agit d’un « gravy » (beurk).

    IMG_20131112_090045.jpg

    L’après-midi se poursuit dans la bonne humeur. On m'apporte même un café et un panier de bonbons. Mes stagiaires m'apprennent comment dire "Merci" en thai mais il me faudra encore 24 heures pour le mémoriser et commencer à l'utiliser. Elles ne se remettent pas du fait que je bois mon café noir et sans sucre. "Ici, on met beaucoup de lait et très peu de café" expliquent-elles. A la pause, la responsable du service, une femme sophistiquée, vient prendre de mes nouvelles et s’enquérir de mon programme en Thailande. Lorsque je lui dis que j’aimerais me faire masser, elle me donne une de ses bonnes adresses.

    Vers 17 heures, je libère mes stagiaires et reste dans les locaux encore une bonne heure et demie car j’ai remarqué une anomalie dans le paramétrage de mon logiciel. La nuit est déjà tombée quand je quitte enfin le frigidaire dans lequel j’ai passé cette journée (heureusement que j’ai prévu un foulard en soie pour protéger ma gorge fragile des ravages de la climatisation) et retrouve la moiteur de la rue.

    Sur le parking du Tesco tout proche, il y a une foule en train de sauter avec entrain, coachée par un prof de step juché sur un podium. Je m'arrête pour observer cette drôle de foule et une des participantes, visiblement contente de me distraire, met le turbo et remue les bras avec vigueur. Les trottoirs de Bangkok ressemble à ceux de Marrakech et Casa ; des dénivelés inattendus, des trous. Je retrouve sans peine la station de Skytrain.

    Au guichet, sur les conseils de W., je demande une « rapid card » (en fait, barrière de la langue oblige, il s’agit d’une Rabbit Card, avec le petit lapin qui va bien). En contrebas de la station de métro aérien, il y a un alignement de toiles de tentes blanches illuminées, on dirait le marché de Noel de La Défense. C'es tous les jours Noel, ici.

    Dans le métro thailandais, c'est comme en France : one ne met pas ses doigts sur la porte sinon "on risque de se faire pincer très fort" et on est prié de laisser sa place aux enfants, aux personnes âgée ou handicapées, aux femmes enceintes . Un autre voyageur de marque mérite ce traitement de faveur, vous savez qui ? Allez, je vous donner la réponse en image : 

    IMG_20131112_192424.jpg

    J'ai lu dans mon guide qu'il ne fallait pas non plus s'assoir à côté d'eux car tout contact avec les femmes leur est interdit. C'est toujours bon à savoir. Je monte dans le skytrain où des mini-écrans diffusent des publicités en boucle et descends à la station suivante, Bang Chak. Je jette mon ordinateur dans ma chambre et file, munie de l’itinéraire dessiné par W., me confier aux mains d’une masseuse, dans l’espoir de dormir enfin comme un bébé cette nuit.

  • C'est SaaS qui est bon !

    Préambule : Nicolas va être sur le cul : je me mets à faire des billets techniques.

    Lorsque je suis partie à la recherche d'un nouvel employeur en décembre dernier, la mention "pionnier du SaaS" qui figurait sur l'annonce n'a pas particulièrement retenu mon attention. Le SaaS (Software As A Service), c'était un vague projet de mon ex-employeur, et la présentation de sa valeur ajoutée avait été tout aussi vague. En gros, il fallait s'y mettre parce que c'était à la mode, et ce service ne serait proposé qu'aux petites entreprises. Depuis j'ai compris qu'un véritable gouffre existe entre les EDL (éditeurs de logiciels) traditionnels et les EDL en offre SaaS : limiter son offre aux petites entreprises va complètement à l'encontre de l'esprit même du SaaS. C'est sans doute là que la différence entre les entreprises visionnaires, à la pointe de la technologie, et les bricoleurs qui ne voient pas plus loin que le prochain trimestre est la plus criante.

    N'ayant pas compris l'intérêt du SaaS pour les clients, vous imaginez bien que j'en avais encore moins compris les avantages dans mon quotidien de formatrice. Et par extension, à quel point il faciliterait le quotidien de mes ex-chefs de projets qui devaient orchestrer des installs, annoncer les bugs et gérer les clients qui vont avec.
    Clin d'oeil à mon geek préféré : quand tu seras prêt, vises le SaaS, tu vas t'éclater !

    Mi-mai, mon PDG a allumé la lumière dans mon cerveau. Alors que je m'emmerdais copieusement devant mon PC, j'ai été conviée à un "induction program" de 2 jours, au cours duquel, avec les 7 autres nouveaux embauchés, j'allais rencontrer mon PDG et les principaux responsables de services. Je dois avouer, et j'ai un peu honte, que j'étais curieuse de voir ce qu'un parcours d'intégration à la française pouvait donner, vu que seules les boîtes américaines pour lesquelles j'ai bossé m'avait accordé cette attention. Pourtant, chez Leclerc, vu la complexité de l'organisation du groupe mouvement, ça n'aurait pas été du luxe.

    Je ne m'étendrai pas sur le fait qu'après quelques minutes, j'étais en mode carpe et buvais littéralement les paroles de mon PDG, extraordinairement passionné et charismatique.

    Il commenca sa présentation du SaaS, des débuts à aujourd'hui, par un coup de projecteur sur les valeurs de la boîte. Je dois être vieux jeu ou alors c'est mon éducation professionnelle par les Américains mais que ça fait du bien de découvrir une culture d'entreprise, ses valeurs et sa stratégie !
    Je n'ai ressenti émotion et fierté de bosser pour un PDG qu'une seule autre fois dans ma vie : c'était en écoutant Michel Edouard Leclerc raconter les débuts de son père, et ensuite à chacun de ses meetings car il est un formidable communicant. Mais revenons à nos moutons.

    Je vous livre un copié-collé de l'intervention de mon PDG (j'ai noirci des pages tant ce qu'il disait résonnait chez moi) car à la différence de Nicolas, je n'ai pas signé de clause de confidentialité. Entre crochets, ce sont mes réflexions personnelles (et alors silencieuses).

    - Les valeurs de notre société, c'est la performance du client.
    Mon PDG, en fervent défenseur du SaaS, ne mâche pas ses mots et se fend même d'un petit historique (accrochez vos ceintures, on décolle)
    [Petite explication pour les non-initiés : le SaaS, c'est un logiciel web qui est hébergé chez son éditeur. Pour le client, plus besoin de gérer des serveurs, installations et mises à jour : c'est la responsabilité de l'éditeur, chez lui.]

    - Ce qui fait le succès du Saas auprès des clients, outre cette particularité, c'est l'accès au logiciel qui se fait par abonnement mensuel avec résiliation  possible à tout moment. Et pour les dirigeants qui ont compris l'intérêt collaboratif de l'outil, c'est la possibilité d'y donner accès à un nombre quasi illimité d'utilisateurs.
    [Je me souviens, à cet instant, des sueurs froides de mes débuts et de formations polluées par des installations à faire sur des PC datant de Mahusaleme et/ou verrouillés de partout. Et plus récemment, à partir de janvier 2012, de formations d'où je suis repartie en rasant les murs, furieuse et frustrée, parce que mon logiciel était bugué et ma prestation pitoyable, ce qui a fortement contribué à ma décision de démissionner. Pour moi, donc, formatrice, le SaaS ce sont des soucis techniques en moins : tout bug détecté est corrigé immédiatement et c'est invisible pour l'utilisateur. Les nouvelles fonctionnalités sont balancées au fil de l'eau. Pas de bugs subis jusqu'à la prochaine mise à jour (l'année dernière, j'en étais réduite à paramétrer mon logiciel pour contourner les bugs, pas mal, non, en terme d'efficacité ?)
    Je réalise surtout à cet instant qu'en permettant à l'utilisateur de résilier son abonnement, on place la barre de l'excellence à un niveau supérieur. Car si les outils se ressemblent, ce sera le service client et la réactivité qui feront la différence entre les éditeurs SaaS]

    Mon PDg continue sa croisade.
    - Dans le soft(ware), on a des Microsoft, Oracle etc. (NDLR : comprenez éditeurs traditionnels) qui n'ont pas envie de voir bouger les choses. C'est que l'installation et la maintenance d'un logiciel "tradi", ça rapporte. Les directions informatiques ne voient pas non plus d'un très bon oeil l'arrivée du SaaS : il y a des mecs dont la mission est de gérer le parc applicatif de la boîte. Il se souvient du CEO d'Oracle qui déclarait il y a seulement 2 ans qu'il ne croyait pas au SaaS. Pendant 30 ans, la promesse des ERP c'était productivité et fiabilité.
    La révolution du SaaS et par extension du Cloud, c'est de redonner le pouvoir à l'utilisateur en offrant un produit que les utilisateurs aiment.
    Jusque dans les années 80, la modernité et la technologie étaient dans l'entreprise. Avec la révolution internet, on dispose maintenant, à titre personnel,  d'applications super "user friendly" (NDLR conviviales). En parallèle, dans de nombreuses entreprises, on doit encore bosser sur des logiciels qui datent de 4 ou 5 ans quand sur votre ordinateur perso, vous disposez toujours de la toute dernière version.

    Mon PDG fait un apparté sur les SSII.
    - En France, on est les champions des SSII : "Je suis un cas particulier, je vais aller voir une SSII qui va me faire un développement particulier".  
    Il esquisse un mouvement et change de rôle.
    - Je mets ma casquette d'éditeur de logiciels : essayons d'avoir le réflexe d'imaginer des logiciels qui répondent à tous les besoins.
    Il émet un constat : l'offre logicielle européenne est pauvre, et la France, plus particulièrement, en fin de cortège technologique.  

    Mon PDG expose maintenant pourquoi on ne peut plus échapper au SaaS, et pourquoi les éditeurs tradis qui s'y mettent seulement ont un train de retard sur les autres.
    Le SaaS permet, d'une part, de toujours disposer de la dernière version, comme à la maison. C'est une des garanties qu'on donne à l'utilisateur. L'autre garantie, c'est de pouvoir utiliser l'appli partout et à toute heure. Mon PDG l'assure : tout éditeur de logiciels qui se respecte doit travailler sur la mobilité, et vite.

    Pour l'éditeur, le SaaS constitue une merveilleuse opportunité d'enrichier son métier en lui offrant une relation intimiste avec l'utilisateur de son application. Connecté en temps réel à la plateforme de son client, il dispose de rapports détaillés de l'utilisation qui en est faite : le nombre d'utilisateurs réels par rapport au nombre de comptes créés dans l'outil, la fréquence et la durée des connexions, les pages visitées, les fonctionnalités utilisées (et celles qui ne le sont pas). Le SaaS constitue, pour l'éditeur, un véritable outil de suivi de l'adhésion et des performances de son client.

    Ces rapports sont également envoyés au client qui peut piloter, chiffres en main, l'utilisation qui est faite (ou pas) de l'outil par ses collaborateurs : accompagner la conduite au changement, dénouer les réticences dues à la mise en place d'un nouvel outil, identifier des besoins de formation que révèleraient la non-utilisation de certaines fonctionnalités.

    La révolution du SaaS, selon mon PDG, c'est qu'on ne vend plus un logiciel mais un service. A cette fin, un éditeur en SaaS se doit d'avoir un service qui s'assure du succès de la mise en place de son produit. Il est vital dans la relation avec le client. Sinon, dit-il, on n'a rien compris au métier.
    Parce que le SaaS est une plateforme internet, donc à vocation collaborative, il faut positionner le débat au niveau du dirigeant. C'est lui qui doit être le sponsor du produit et obtenir la cohésion et l'adhésion de tous les utilisateurs à l'outil. Dans cette démarche, ma société a été pionnièe dans la mobilisation pour que tout le monde travaille ensemble.

    [Là, vous auriez vu ma tête ... J'avais du mal à contenir mon enthousiasme. Je me suis souvenue que dans mon ex-boîte, nous déplorions que les décideurs, ceux qui avaient acheté notre logiciel, n'assistent pas à la formation ni ne s'y connectent. Combien de fois suis-je tombée sur des bases au paramétrage modifié à seule fin de punir tel collaborateur ou de privilégier tel autre ? Et lorsque le directeur, qui n'avait aucune idée du fonctionnement de l'outil (et pour cause) s'étonnait, le manager répondait "C'est pas moi, c'est l'outil !". Et le directeur pestait contre cet outil qu'il avait acheté si cher pour si peu de résultats. En tant que prestatiaire de services, on ne peut pas dénoncer un management déficient. 'Combien de fois encore ai-je vu des managers corriger les données pour présenter un joli tableau à leur directeur ? J'avais beau leur dire qu'ils se tiraient une balle dans le pied en faussant des statistiques révélant un manque de personnel, ils tremblaient de trouille qu'on leur reproche de mal faire leur boulot. Et là encore, lorsque le directeur voyaient les clients excédés s'entasser, il hurlait contre le logiciel qui lui avait pourtant dit que tout irait bien.
    Nul doute qu'un logiciel accessible via internet aurait favorisé leur intérêt pour l'outil.]

    Mon PDG résume : logiciels traditionnels = fiabilité et automatisation / SaaS = fiabilité, automatisation + partage d'informations. Et il rappelle que les futurs salariés sont les jeunes d'aujourd'hui, ceux qui surfent sur les réseaux sociaux et désinstallent une application insatisfaisante en un clic.  

    Vous l'aurez compris à la longueur de ce billet : ce qui n'était qu'un détail sur l'offre d'emploi publée par mon employeur est devenu une exigence : je ne formerai plus jamais sur autre chose que des logiciels en mode SaaS !