Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Femme active - Page 6

  • Retour chez les Belges

    Presqu'un an que je n'avais pas travaillé avec mon client belge. J'appréhendais un peu de reprendre en main un projet qui avait mûri sans moi. Le premier jour, lorsque nous ouvrons la porte de la salle de formation, 15 paires d'yeux se tournent vers nous. Pression.

    Un tour de table pour faire les présentations et briser la glace. Ma cliente sort des dossiers "Si vous allez au restaurant avec Fiso, sachez qu'elle prend des photos des plats". Dans le groupe, il y a des wallons et des flamands, chacun avec le logiciel et le guide d'utilisation, dans sa langue natale, sous les yeux.

    Nous formons 13 managers; le plus jeune à 28 ans et le plus âgé, 37 ans de boîte. C'est ma première formation de groupe, un vrai challenge. Le plus délicat, en dehors d'un timing très serré, est de ne pas perdre nos stagiaires flamands pour lesquels, à la difficulté d'appréhender un nouveau logiciel s'ajoute celle de suivre une formation dispensée en français. Ils décrochent parfois et s'égarent sur leurs mails mais je veille au grain. Nos stagiaires sont pleins de bonnes volontés et particulièrement disciplinés. Nous nous faisons la réflexion des difficultés que nous aurions eues avec un groupe français. Ici pas de sonnerie de téléphone intempestives, pas besoin de les tirer par la manche au retour de pauses, pas de soupirs ou de ronchonnades. Ils nous attendent devant leur ordinateur et se plient de bonne grâce aux exercices et mises en situation. Un vrai plaisir qui nous console du réveil à 6h30 et de notre épuisement.

    Au fil des jours, j'ai enregistré leurs prénoms et enrichi mon vocabulaire néerlandais. Je sais désormais comment dire boucherie et crèmerie, par exemple. Ca épate mon chef de projet. Au traditionnel "je sais" pour "je peux", "ça va" pour "OK" et le franglais bâtard qu'ils parlent (efficience par exemple) s'est ajoutée la version flamande de "vas te faire foutre", que m'apprend Stephen, le sympathique brun aux yeux bleus sur lequel ma collègue a flashé, à l'occasion d'une pause. J'ai hâte de voir la tête de mes interlocuteurs lorsque je placerai un "Vas planter les moules" sans appel.

    Chaque soir, nous prenons le train jusqu'à la gare du Midi puis le métro jusqu'à la place Sainte-Catherine. Tellement fatiguées qu'après avoir jeté nos ordinateurs à l'hôtel vers 19h30, nous allons dîner puis dormir. Je n'ai même pas pu acheter de chocolats chez Frédéric Blondeel mais j'ai enfin goûté le magnifique plateau de fruits de mer du Belga Queen, mangé viet' au Hông Hoaet bu de la Rodenbach.

    Le dernier jour, après avoir trinqué à deux anniversaires autour d'une coupe de rosé et m'être fait charrier (mes stagiaires ont bonne mémoire et me proposent de prendre en photo les chips au wasabi que je dévore), le planning des semaines à venir est dévoilé. Je ne partirai pas avec Alain, le déconneur bon vivant à moustaches, mais je formerai deux de mes chouchous. Après Bruxelles, je vais maintenant sillonner la Belgique, en commençant par la capitale wallonne de l'eau, au coeur de l'Ardenne bleue.

    D'ailleurs, pour les 3 mois à venir, je ne travaillerai plus en France. Après 1 mois et demi en Belgique, je partirai à Salamanque (donner une formation en espagnol, p'tain la flippe) puis je m'offrirai 15 jours de vacances en Irlande avant de repartir former à Séville.Sacré programme !

  • Une traduction à faire ?

    Ce matin il fait un soleil radieux. Je profite des derniers rayons chauds pour sortir jambes nues dans une robe légère. Autour de moi, les tenus sont déjà maussades : couleurs sombres et jambes couvertes.

    Dans le train qui s'élance de Saint-Lazare, je me colle côté gauche, là où le soleil me réchauffe le visage. En passant au-dessus de la Seine, je m'émerveille, comme souvent, devant la superbe vue qu'on y découvre, sur les tours de La Défense, au loin. Un halo bleuté flotte au-dessus de la Seine. J'hésite un instant à sauter du train à la station d'Asnières et à prendre quelques photos, penchée sur le pont. Comme j'aimerais, ce matin, me poser en terrasse et rêvassert. Hélas, je cours après la montre, comme chaque matin.

    Au bureau, une mission intéressante m'attend. Vérifier la traduction en espagnol de notre logiciel, en préparation des formations en espagnol que j'aurai à assurer au printemps prochain J'adore ça, traduire, et déchiffrer, de manière générale. Il y a plein de coquilles, en plus, j'ai du boulot.

    Un collègue me file un tuyau pour m'aider : IATE, un site de traduction où celle-ci tient compte du contexte. Je vous le file, au cas où vous en auriez besoin : c'est .

  • 1 an déjà !

    Un an aujourd'hui que j'ai commencé le boulot dont je rêvais. Le résultat d'un bilan de compétences dont je ne dirai jamais assez à quel point il a été un formidable déclencheur, suivi de 3 années de recherches. Ca fait un an qu'invariablement, à la question « Et le boulot, ça va ? » je réponds « Je suis ravie ! ». Comme en amour, il suffisait juste de trouver le bon ...

    Ce soir, de ma chambre d'hôtel à Montpellier, j'ai envie de faire le bilan de cette année. De vous raconter pourquoi j'aime mon boulot, ce qui, après des années d'errances utiles, est une chance que je savoure à sa juste valeur.

    Je ne m'ennuie jamais : chaque semaine, je pars aux 4 coins de la France et je forme sur des outils différents. Si le programme de mes formations reste sensiblement le même, mes stagiaires sont, eux, uniques. La plupart du temps, je m'y attache, parfois ils me gonflent sérieux. Comme ce type - marié - qui a tenté tant bien que mal d'obtenir mon numéro de portable et croit sérieusement qu'on va aller dîner ensemble à ma prochaine visite.  

    Je me sens valorisée et utile : nous avons la chance d'être toujours bien accueillis par nos stagiaires. En effet, nos formations sont souvent attendues car elles facilitent le quotidien de mes stagiaires et les valorisent. J'aime l'outil sur lequel je forme, eux sont demandeurs et je suis vraiment fière de moi quand je les quitte en les sentant parfaitement autonomes.

    Je conduis régulièrement : j'ai toujours aimé conduire et en province, je redécouvre ce plaisir qui n'en est plus un à Paris. Partout où j'arrive, une voiture de loc m'attend et le soir, après le boulot, je fais CE QUE JE VEUX. Conduire me détend de ma journée enfermée devant un écran, alors je balance un de mes CD fétiches (Wax Tailor ou Trouble Man de Marvin) à fond la caisse et je file manger des fruits de mer sur le port de Roscoff, m'allonger au soleil sur la plage de Sète, ou encore j'en profite pour rendre visite à mes amis à Tours, Nantes, Montpellier ou Port la Nouvelle.  

    Je suis autonome : ahhhhhhhhh ! quel pied, putain, de bosser seule ! Je n'ai plus à composer avec des petits chefaillons puants qui tiennent ta carrière entre leurs mains, ni à supporter les sautes d'humeur des collègues. D'ailleurs, si ma boss a des défauts, on ne peut pas lui reprocher un manque d'implication ni de reconnaissance. Maternante, elle a d'abord pris mon indépendance revendiquée pour de la distance et puis elle m'a a comprise, je crois. Aujourd'hui que j'ai gagné sa confiance, j'organise mes formations comme je le souhaite, je n'ai pas de comptes à rendre à part la satisfaction de mes clients et si ceux-ci sont difficiles, je n'ai qu'à prendre sur moi pendant quelques jours et ensuite, hasta la vista !

    Je visite du pays  et je m'oxygène enfin en faisant du sport : j'ai sérieusement amélioré ma connaissance de la géographie française, en particulier celle de la Bretagne que je connaissais si mal. Saint-Malo et Brest, pour moi c'était dans le même coin, avant. Et puis, ça n'a pas pu vous échapper, je me tape de ces putains de gueuletons aux frais de la princesse ! Du coup, pour compenser, j'en profite pour jogger en plein air ou boire la tasse dans les piscines de France et ça c'est très appréciable aussi.

    J'aime de nouveau Paris : bon, je l'ai toujours aimée, cette magnifique et insupportable jungle urbaine mais davantage encore, maintenant que je n'y suis plus que 3 jours par semaine. En revanche, mes plaisirs ont changé : finis les week-ends à droite et à gauche et les restos à gogo. Je  n'arrivais pas à me poser plus de 5 minutes, je peux désormais passer un week-end complet sans mettre le nez dehors  - sauf  pour mon sacro-saint jogging du dimanche matin - et j'ai retrouvé le plaisir de faire des petits plats. Faut dire que chez moi maintenant, on trouve des produits, sous forme solide ou liquide, de presque toutes les régions de France. Alors quand les copains me lancent un « on se fait un resto ? », je réponds souvent « oh non, ras-le-bol, vous venez à la maison, j'ai un super tripoux ! »

    Seule légère ombre au tableau (ben oui, on est pas dans un mélodrame américain où tout est rose, quand même !) : c'est sympa la pancarte avec mon nom dessus mais merde, quoi .... j'aimerais bien être attendue par autre chose qu'un taxi quand je sors, à la nuit tombée, d'une gare ou d'un aéroport, ma valise à la main, avant de rentrer chez moi, seule.

  • Gourmande, oui, sportive ... aussi !

    Pour pallier à la sédentarité de mon nouveau poste (je voyage beaucoup, certes, mais je passe la plus grande partie de mes journées assise dans un bureau, les yeux rivés sur un écran d’ordinateur), j’ai développé des trésors d’organisation pour évacuer mon énergie (parfois débordante).

    Désormais, la première chose que je fais lorsque je consulte le planning de mes déplacements est de trouver une piscine ouverte tardivement à proximité de mon lieu de séjour. Parfois le jogging est une meilleure option mais comme je ne cours bien qu’au saut du lit et que me réveiller avant 7h est un sacrifice auquel je consens difficilement, la piscine reste le plus sûr moyen de me détendre.

    Depuis maintenant un an que je voyage à travers la France, j’en ai testé quelques-unes. Première – bonne - surprise : contrairement à ce que je pensais, je trouve TOUJOURS une piscine ouverte en nocturne. Deuxième bonne surprise : nager en province est un véritable moment de détente. Je suis tellement habituée aux bassins parisiens bondés, aux pseudo-athlètes qui sont aussi cons dans l’eau qu’au volant de leur bagnole, que j’avais oublié que le but premier de la nage est de se détendre. J’en viens à me demander, de plus en plus sérieusement, quels sont les avantages de la vie parisienne….

    Il y a eu la piscine de Seyssins (non non, pas les miens), vers laquelle mon GPS refusait catégoriquement de me guider. Celle d’Alès, où je fus accueillie par une femme charmante et autour de laquelle les joggeurs du coin courent aussi. Celle de Béziers, près des arènes, toute vieillotte. Celle de Rouen, sur l’île Lacroix, que j’ai eu du mal à trouver aussi mais qui valait vraiment le détour, ne serait-ce que pour ses étonnants « vestiaires-ascenseurs ». Celle de Talleyrand, dans le centre de Reims, petite et froide. Celle de Molenbeek à Bruxelles, olympique mais bizarrement coupée en 2. Celle du Kremlin-Bicêtre, superbe, toute neuve et traitée à l’ozone. L’endroit idéal pour boire de l’eau avant d’aller boire une mousse à la Comète (message perso à Nico : je reviens la semaine prochaine J)

    Lorsqu’on est en déplacement professionnel pour une courte durée, trouver où pratiquer son sport n’est pas toujours chose aisée. Je sollicite souvent mes clients pour m’indiquer les parcours de course.

    Et comme j’aime partager, je vous annonce donc officiellement la création de 2 nouvelles rubriques : « Où nager à… » et « Où courir à… »

  • Ne pas laisser l'autre pénétrer son périmètre de sécurité

    Ce matin, petit déj’ autour de mon nouveau PDG pour fêter les 20 ans de ma nouvelle boîte.

    Dans l’après-midi, c’était la paperasse habituelle du vendredi, seul jour où nous sommes au bureau. C’est un moment sympa où on se retrouve tous et on se raconte notre semaine. J’ai retrouvé la jeune femme avec laquelle j’étais la première semaine (celle des restos à thème "je prépare ma deuxième couche pour l'hiver").

    Jules, le mec qui a été embauché le même jour que moi s’est installé à ma gauche. L’assistante de ma boss s’est assise entre lui et moi. Je vous replace le contexte.

    Cette fille, que j’appellerai Daniela, est une copine à lui mais ça, personne ne le sait. A ce titre, elle répète à mon collègue tout ce que ma boss peut dire de lui et dans la mesure où il s’est loupé plusieurs fois, c’est plutôt négatif. Pas très pro comme attitude, je trouve, du coup Jules s’est braqué et veut déjà quitter la boîte. La semaine dernière, il me glisse que l’assistante lui aurait dit, dès mon deuxième jour, qu’elle ne pouvait pas me saquer. J’aurais bien répondu « Ca m’en touche une sans faire bouger l’autre » mais j’ai juste répliqué : « Si ça lui fait du bien, ça me fait pas de mal ». C’est marrant parce que c'est la même qui me fait un compliment à chaque fois que je viens au bureau. Mercredi, c’était « Ca te va bien aussi le vert ». Inutile de préciser que je ne lui ai pas dit merci.

    Je déteste qu'à peine débarquée dans une boîte, on me fasse un topo sur les uns et les autres. Déjà, au troisième jour, un des formateurs me prédit que je ne vais pas m’entendre avec « Sabine, la grande gueule de la boîte ». Je l’ai rencontrée aujourd’hui, la Sabine en question, non seulement elle est très jolie mais en plus elle a l’air pro et constructive, elle. Mais quand même, malgré que j’essaie de rester neutre, j’ai pris mes distances avec Daniela l’assistante. Trop gentille pour être honnête. Les compliments en cascade, venant d’une inconnue, je m’en méfie comme de la peste.   

    Jules, quand à lui, m’a l’air d’être un sacré fouteur de merde, et un tantinet chouineur, c’est le moins qu’on puisse dire. Il a passé toute la semaine dernière à m’envoyer des sms de commère « J’ai encore appris des choses ». Y’en a qu’on vraiment rien à foutre de leurs soirées, moi je dis.

    Cet après-midi, il désigne un type et me chuchote « Ce mec est allé balancer à Noémie (ma boss) qu’il me trouvait distant ». Il tenait ça bien sûr de sa copine l’assistante. A croire qu’elle a envie qu’il se casse, sa copine. Je lui réponds « Ben, pourquoi tu parles de balance, on lui demande son avis, il le donne, c’est normal ». Il n’avait pas l’air d’accord.  « Je marche trop à l’affect », me dit-il. « Ben mon pote, t’es mal barré, faut oublier l’affect au boulot, tu mélanges tout, là. On est nouveaux, c’est normal qu’un manager demande à ses collab’ ce qu’ils pensent des nouveaux, j’en ferais autant ».

    J’étais en train d’essayer de me démerder avec ma paperasse et je demande à l’assistante à quel endroit, sur le réseau, je peux trouver la procédure à suivre. Elle me dit d’une voix doucereuse « Dans tel et tel dossier, mais pose tes questions, je suis là pour ça ». Je pense « Tu rêves, ma vieille, je ne suis pas prêt de te solliciter » et je réponds « Non, c’est bon, je vais trouver ».

    « Ouh, toi tu es timide ! » dit-elle. Je me marre intérieurement mais je lui lance un regard un peu noir, disons. « Moi timide ?? Ah non, pas du tout ». « Ben si, t’oses pas me demander, c’est ça ? » « Non, pas du tout, c’est juste que s’il y a une procédure écrite quelque part, je la lis d’abord, et c’est seulement si je ne comprends pas que je pose des questions ». Elle a insisté « Je vais le faire avec toi, si tu veux ». Là j’ai été plus sèche « Non, c’est bon, je le fais seule, comme ça j’apprends ».

    Faut pas qu’elle me colle de trop près, celle-là, parce que je vais pas tarder lui mettre un coup de sabot …