Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Globe-trotting - Page 3

  • Premère journée de travail à Bangkok

    [Préambule : Désolée les amis, je ne vous ai pas écrit hier mais c'est la faute de l'extraordinaire masseuse thailandaise qui m'a pétrie hier soir : je me suis écroulée en rentrant à l'hôtel. Je profite donc de ma pause déjeuner pour rattrraper mon retard car, vous vous en doutez, j'ai déjà beaucoup de choses à vous raconter ! C'est pas bien grave, il n'est que 7h03 en France ...]

    Ce matin, je me lève bien avant mon réveil ; il est 6h30 lorsque j’ouvre la porte-fenêtre de ma terrasse pour ma séance de saut à la corde. Ma première nuit à Bangkok a été courte : je n’ai dormi que de minuit à 3h30. La faut au décalage horaire sans doute car mon lit est ultra confortable et ma chambre silencieuse.

    N’empêche, même la tête dans le cul, faire son Rocky Balboa avec une telle vue me console. En revanche, je suis en nage au bout de quelques minutes et finis en slip et soutien-gorge. De toute façon, je n’ai aucun vis-à-vis, donc pas de problème.

    A 8h15, je descends au petit déjeuner. Ptain, ça rigole pas dans le coin ! A côté des traditionnels pancakes et œufs au plat, il y a des marmites de soupe et plusieurs plats de porc au curry, bœuf à la japonaise, nouilles sautées. Et je constate que les gens mangent vraiment ça au petit déjeuner. A la télé, CNN diffuse en boucle les images des Philippines dévastées. Je me dis que ça doit rappeler de biens mauvais souvenirs aux Thailandais.

    A 8h45, comme convenu, je retrouve la « lady in black » dans le hall de l’hôtel. C’est comme ça qu’elle s’est décrite par mail, et en retour je lui ai envoyé une photo de moi. Je mets enfin un visage sur son prénom. Elle nous a commandé un taxi, pourtant leur bureau n’est qu’à une station de skytrain de là. « Il fait trop chaud pour moi » explique W.

    Me voilà accueillie avec un café et un verre d’eau. Je découvre enfin les visages derrière les noms de celles avec lesquelles j’ai fait plusieurs conference calls, ces derniers mois. Nous branchons les ordinateurs et démarrons la journée. Elles sont très sympathiques mais ça n’est pas vraiment une surprise : ne dit-on pas que la Thailande est le pays des sourires ?

    Vers 11 heures, W. me tend un menu pour que je fasse mon choix. J’ai décidé de manger rapidement dans la salle de formation car j’ai deviné qu’elles avaient beaucoup de travail et ne veux pas les monopoliser en les obligeant à m’accompagner à l’extérieur. Je commande, un peu au hasard, des nouilles au poulet. En fait, c’est un peu bizarre, il y a une sorte de soupe qui l’accompagne. Je m'apprête à la boire mais heureusement, W. précise que c’est la sauce. Le lendemain, je découvrirai sur le menu qu’il s’agit d’un « gravy » (beurk).

    IMG_20131112_090045.jpg

    L’après-midi se poursuit dans la bonne humeur. On m'apporte même un café et un panier de bonbons. Mes stagiaires m'apprennent comment dire "Merci" en thai mais il me faudra encore 24 heures pour le mémoriser et commencer à l'utiliser. Elles ne se remettent pas du fait que je bois mon café noir et sans sucre. "Ici, on met beaucoup de lait et très peu de café" expliquent-elles. A la pause, la responsable du service, une femme sophistiquée, vient prendre de mes nouvelles et s’enquérir de mon programme en Thailande. Lorsque je lui dis que j’aimerais me faire masser, elle me donne une de ses bonnes adresses.

    Vers 17 heures, je libère mes stagiaires et reste dans les locaux encore une bonne heure et demie car j’ai remarqué une anomalie dans le paramétrage de mon logiciel. La nuit est déjà tombée quand je quitte enfin le frigidaire dans lequel j’ai passé cette journée (heureusement que j’ai prévu un foulard en soie pour protéger ma gorge fragile des ravages de la climatisation) et retrouve la moiteur de la rue.

    Sur le parking du Tesco tout proche, il y a une foule en train de sauter avec entrain, coachée par un prof de step juché sur un podium. Je m'arrête pour observer cette drôle de foule et une des participantes, visiblement contente de me distraire, met le turbo et remue les bras avec vigueur. Les trottoirs de Bangkok ressemble à ceux de Marrakech et Casa ; des dénivelés inattendus, des trous. Je retrouve sans peine la station de Skytrain.

    Au guichet, sur les conseils de W., je demande une « rapid card » (en fait, barrière de la langue oblige, il s’agit d’une Rabbit Card, avec le petit lapin qui va bien). En contrebas de la station de métro aérien, il y a un alignement de toiles de tentes blanches illuminées, on dirait le marché de Noel de La Défense. C'es tous les jours Noel, ici.

    Dans le métro thailandais, c'est comme en France : one ne met pas ses doigts sur la porte sinon "on risque de se faire pincer très fort" et on est prié de laisser sa place aux enfants, aux personnes âgée ou handicapées, aux femmes enceintes . Un autre voyageur de marque mérite ce traitement de faveur, vous savez qui ? Allez, je vous donner la réponse en image : 

    IMG_20131112_192424.jpg

    J'ai lu dans mon guide qu'il ne fallait pas non plus s'assoir à côté d'eux car tout contact avec les femmes leur est interdit. C'est toujours bon à savoir. Je monte dans le skytrain où des mini-écrans diffusent des publicités en boucle et descends à la station suivante, Bang Chak. Je jette mon ordinateur dans ma chambre et file, munie de l’itinéraire dessiné par W., me confier aux mains d’une masseuse, dans l’espoir de dormir enfin comme un bébé cette nuit.

  • Bangkok, sur Sukhumvit Road

    bangkok,viva gardenHier, 13h50, mon weekend de 3 jours est sérieusement écourté car je m’envole pour un voyage professionnel à Bangkok. Toute première fois, toutoute première fois en Thailande.

    Dans l’avion, pourtant en lacune de sommeil, j’essaie de dormir mais je somnole tout au plus. Premier film : "Jasmine" de Woody Allen, qui était sur ma liste de « to do ». Les larmes me viennent aux yeux devant la déchéance de Cate Blanchett. Je jette un œil par le hublot contre lequel je suis collée : nous traversons une étendue noire seulement illuminée par une ville pieuvre. L’équipement sophistiqué d’Air France satisfait ma curiosité : nous sommes au-dessus de Bucarest et survolons ma Roumanie chérie. Le hasard n'en est pas un. J’envoie un baiser à Dana.

    Après Jasmine, toujours pas envie de dormir et j’enchaîne sur « Le Passé »,  d' Asghar Farhadi, où le ténébreux Ahmad (Ali Mossafa) me séduit totalement par sa douceur et sa bienveillance. La communication non violente n’a pas de secrets pour lui et je l’envie. Bérénice Bejo y est également très touchante et j'ai eu très envie de faire un énorme câlin au petit Fouad (Elyes Aguis), privé de maman. Je n'avais pourtant pas accroché avec le précédent film de M. Farhadi, "La séparation", plebiscité par tous, mais là, je suis touchée, vraiment (deuxième série d'yeux humides). Puis je me change les idées sur « La boucle », une gentille comédie avec Clovis Cornillac.

    Il est un peu plus de 7 heures lorsque nous atterrissons à Bangkok. Une pancarte affiche mon nom et je m’engouffre dans la « limousine » que ma cliente m’a réservée. Une heure plus tard, il me dépose aux confns du quartier d’affaires, sur Sukhumvit Road. Le Viva Garden, ouvert en 2011, est splendide.

    bangkok,viva garden

    Un portier m’accompagne et me fait découvrir ma chambre, que dis-je, mon appartement. Une cuisine entièrement équipée, un salon, chambre, salle de bains, et surtout une terrasse qui en fait tout le tour et offre, du 8ème étage, une belle vue sur Bankok. Comment je vais kiffer mes séances de saut à la corde, moi !

    A 9h45, soit 3h45 en France, sur laquelle mon horloge biologique est encore programmée, je me couche pour 3 heures de somme. Je ne veux pas trop dormir car demain matin, j’attaque ma première journée de formation et je dois me caler sur mon nouveau fuseau horaire.

    Il est pourtant 15h30 quand je m’extirpe du lit, déphasée. Je déballe ma valise et sors pour mon premier contact avec la Thailande. L'humidité ambiante nappe vite ma peau d'une moiteur tropicale. Il fait 30°C, la chaleur est supportable. Première mission : je n’ai pas mangé et surtout pas bu depuis 6h ce matin. Mon hôtel est situé au bord d’une grande artère où les bâtiments sont noircis de pollution. Il y a foule et les stands ambulants de nourriture se succèdent. Rien ne m’est familier si ce ne sont les fruits.

    Je bifurque à droite dans une rue super animée. On y vend de tout : des sachets de papayes, ananas et autre fruits joliment ciselés, des babioles made in China. Des hommes retournent consciencieusement des brochettes sur un grill. Des marmites fumantes mijotent des soupes aux ingrédients non identifiés. Une femme presse des jus de fruits. Je les connais tous, sauf un. Question à Maurice l’alsacien, habitué du pays et même de la région : c’est quoi un clitoris blend ? 

    Plus loin, un homme effiloche des oreilles de cochon cuites. Il y a beaucoup de salons de coiffure.

    Je devine vite que pour traverser Sukhumvit Road, il faut monter sur la passerelle qui l’enjambe et dessert le BTS, le métro aérien. De là-haut, je repère des femmes penchées sur des marmites en fer blanc. J’arrive, les filles !

    Sur place, je n’arrive pas à identifier ce qu’elles mijotent. Je me rabats sur leur voisin et gobe deux petites brochettes de ce qui me semble être des cœurs de canard. Faites pas cette tête, c’est plein de fer et ma dernière tentative de don du sang à l’EFS a échoué pour cause de carence en fer.

    J’achète aussi 2 bouteilles d’eau et un sachet d’ananas. Ça ne vaut pas le Victoria de la Réunion mais c’est rafraichissant. Je prépare mes affaires pour le lendemain, consulte un peu mon guide. A la réception, je demande au portier si l’un des restaurants de mon guide serait à proximité. Pour l’instant, je n’ai rien compris du système de numérotation des rues à Bangkok. Le portier me tend le  prospectus d’un restaurant sino-thai avec danses traditionnelles, où un taxi peut m’emmener. Je fais la moue : il va pas me refaire le coup du hamam à Marrakech, hein ? Il se ravise et entoure un point sur mon plan : le restaurant s’appelle LVIS, c’est un restaurant en plein air (enfin, façon de parler).  Parfait. Je quitte l’hôtel, rattrapée par le portier qui me serre la main et lance « My name is Path, and you ? », ce qui me vaut un hilare « Comment ça va ? »

    Je traverse Sukumvit, repère un salon de massage. Après quelques rues, la banane du rocker m’indique que je suis arrivée. Des lampions éclairent le LVIS restaurant où des thais sont déjà attablés. Je m’installe et commande une salade de papaye verte, un crabe et l’habituelle bière pour fêter mon arrivée en terre inconnue. Une jeune femme souriante pose une bière d’1 litre devant moi. Oh merde ! Comment je vais boire tout ça, moi ?

    Quelques minutes plus tard, ma salade de papaye (50 Bht. soit 1€20) arrive, agrémentée de pignons de pin grillés et de tomates. Son ptit nom en thai c'est Som Tum (merci Maurice) et en version originale c'est ส้มตำ. C’est bon, c’est frais et … ça arrache la gueule !

     bankok,viva garden

    Enfin, le crabe, "Stir fried crab meat with curry powder" (350 Bht. soit 8€30). Ah oui, quand même ….

    Après enquête, son nom thai serait Pu Pad Pong Garee. En version originale et juste pour le plaisir des yeux, c'est ปูผัดผงกะหรี่ . La chair du crabe est mélangée à des oeufs battus, oignons, ail, sauce de poisson, sucre, curry de Madras, poivre blanc, coriandre, célery thai et oignons verts. Maurice, corriges-moi si j'ai faux.

    bankok,viva garden

    Je commence à manger et c’est … comment dire … merveilleux. Ca pique aussi, bien sûr. Mais j’échangerais 10 entrecôtes chez Félicie contre ce plat. Très vite, mon corps exprime sa satisfaction ; j’ai la langue en feu et le nez qui coule.  Je me refugie aux toilettes pour me moucher. Peu après, je suis en nage, les cheveux collés aux tempes. Après un 2ème passage aux toilettes pour vérifier qu’effectivement, je ne ressemble plus à rien, je repars à l’hôtel, repue et même gavée. Mais qu’est ce que c’était bon !

    A l’hôtel , Path veut savoir comment s’est passé ma soirée. Quand je dis que j’ai pris une papaya salad, il répète,incrédule : « A papaya salad ? Very spicy ! »

    Je monte dans l’ascenseur en me marrant : « Ah oui, tu m’étonnes que c’est very spicy, je l’ai senti mon frère, et pas qu’un peu ».

    Après un tour du propriétaire, la piscine, que je goûterai demain après ma première journée de labeur, et la salle de fitness, je monte écrire ce billet. Et maintenant, il est 22h43, ma cliente vient me chercher demain à 8h45, je vous laisse et vous donne rendez-vous pour la suite.

    bankok,viva garden

     

  • Budapest, 3ème !

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellértIl y a quelques mois, mon amie de lycée Esperanza m’avait lancé « On se fait quand un weekend entre filles ? ». Le dernier, c’était … pfouuuu … un bail, là !

    Elle avait précisé « Même en France, hein, on pourrait se faire un spa ? »

    A ce mot magique, mon cerveau avait répondu : Budapest ! La ville où allier culture et détente sans se ruiner.

    Nous avions décidé de profiter du pont du 1er novembre pour nous offrir un weekend prolongé et fêter son anniversaire dans la ville de l’eau. Le prix du billet, réservé tardivement, avait été un peu douloureux : 210€. Sur place, j’avais réservé au Broadway Hotel, un 4 étoiles à 2 pas de l’opéra. L’opéra, justement, un des vieux rêves d’Esperanza et un cadeau d’anniversaire tout trouvé. Mon ami et complice Oh !, budapesti de cœur, s’était chargé de l’achat des billets depuis Paris.

    Je ne vais pas vous raconter tout le séjour car mes visites sont les mêmes que les précédentes fois et je les ai racontées . Et je compte bien, lors de mon prochain séjour, délaisser enfin les visites touristiques pour m'encanailler en compagnie de quelque fêtard dans les bars et cafés de Budapest.

    Le mercredi, jour de notre arrivée, il nous faut bien 1 heure pour quitter l’aéroport. La dernière fois que je suis venue, c’était en voiture, Budapest étant alors une étape de notre road trip de Paris à Ramnicu Valcea, chez Dana la roumaine. J’ai donc oublié comment rejoindre la ville (et je n’ai pas consulté mes 2 guides touristiques non plus, il faut l’avouer). Bref, après quelques piétinements, nous voilà dans un bus, puis dans un métro et une fois sur Oktogon, je me repère. Nous posons les bagages et allons faire un tour de reconnaissance dans le quartier.

    En fin d’après-midi, ravies de nous dégourdir les jambes, nous marchons vers les bains Szechenyi. En chemin, assoiffée, je fête ma parenthèse budapestoise devant une bière. Nous traversons la belle place des Héros puis à l’approche des bains, je vérifie ma route auprès d’une passante. « Les bains sont par là, mais c’est fermé » dit-elle. Fermés ?? J’insiste « Normalement ils ferment à 22h ? » « Non, non, 19h » assure la dame.

    Être une tête de mule a parfois des avantages. Je décide de pousser jusqu’aux bains. Le hall d’entrée côté métro est effectivement désert et les caisses fermées mais à travers la fenêtre, il y a plein des gens qui batifolent dans le décor néo-classique de Szechenyi. Nous faisons le tour du bâtiment, côté fête foraine, et là c’est le soulagement : les bains ferment à 22h. Je jubile « T’as vu, heureusement qu’on est venues quand même ! »

    Esperanza oublie sa frilosité et cavale sur les bords des bassins. J’aime vraiment les bains en plein air de Szechenyi. Nous dînons dans le décor seventies de Menza, adresse chaque fois fréquentée avec le même bonheur. J’y prend un gulyash et Esperanza, un poterkolt (le goulasch tel qu’on l’entend en France), accompagné de pâtes maison qui ressemblent à s’y méprendre aux spatzle de mon enfance germanique.

    Vers 23h30, nous nous couchons dans de minuscules lits 1 place (la literie n'est pas ce que la Hongrie fait de mieux, visiblement) et découvrons le principal inconvénient de notre hôtel, et pas des moindres : une isolation phonique à chier. Le lendemain, courbe du sommeil en dents de scie et verdict sans appel de mon appli Sleep As Android : 48% de sommeil profond. Nous prenons le petit déj puis marchons jusqu’au pont Szechenyi que nous traversons. Nous délaissons le croquignolet funiculaire et grimpons à pied, sous un soleil radieux, jusqu’au quartier du château. Je tombe même le blouson. On ne se lasse pas de la vue depuis le bastion des pêcheurs.

    En redescendant, nous retraversons, toujours à pied, le pont des chaînes et poussons jusqu’à la synagogue, qui marque le début du quartier juif. Il est temps de faire une pause gourmande car nous n’avons pas déjeuné. J’entraîne Esperanza dans le décor chicissime du Café New York. Pas donné pour Budapest mais très correct par rapport à la même chose à Paris : environ 12€ pour un chocolat chaud – dans mon souvenir beaucoup plus épais et puissant en chocolat- et une pâtisserie. Pour moi, un cheesecake accompagné d’une savoureuse compotée d’abricots, histoire de compenser le chocolat, pour elle, un gâteau au chocolat qu’elle a eu bien du mal à digérer.  Ensuite, direction les bains turcs Kiraly, une des traces de l'occupation ottomane, sur l’autre rive, pour notre trempette quotidienne dans l’eau chaude et bienfaisante. 2400 Ft, soit un peu plus de 8€, voilà le - modique - prix à payer pour plusieurs heures de paresse ...

    Le lendemain, après 43% de sommeil profond, départ pour le joli village serbe de Szentendre, à une quinzaine de kilomètres de la ville.

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    Le déjeuner se fera, comme d’habitude, au Dragon d’Or mais cette fois, pas question de me goinfrer et de passer des heures à digérer. Est-ce la conséquence de ma nouvelle hygiène alimentaire ? Je ne me régale pas du fameux foie poêlé à la Oroshaza et arrosé de cognac, trop gras dans sa tranche de lard (3900 Ft soit 13€, vous imaginez le prix d'un tel plat en France?). Les pommes de terre au fromage de brebis et les épinards à l'ail qui l'accompagnent sont savoureux. Esperanza, quand à elle, profite d’une des particularités de la Hongrie – plus grand pourvoyeur de foie gras – pour se taper un filet d’oie mariné, badigeonné de miel et grillé, saupoudré de graines de sésame, servi avec du chou rouge et de la purée de pommes de terre (3100 Ft soit 10€). Je réalise d'ailleurs en parcourant mes vieux billets sur Budapest que Boug' avait alors fait le même choix.

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    En revanche, la crêpe aux griottes et noix saupoudrée de sa chapelure à la cannelle et servie avec son coulis de pâte d’amandes chaud (qui en fait sont 2 crêpes, mon foie s'en souvient encore, maintenant je sais) et que j'ai donc la bonne idée de partager avec Esperanza, est toujours à se damner.

    Après la visite du musée du massepain, le retour en HEV est bien moins laborieux, en ce qui me concerne, que la dernière fois avec Boug’. Nous prenons le tramway jusqu’aux bains Gellert et je comprends pourquoi mon ami Igor peste contre l'augmentation des prix à Budapest. L'entrée aux Gellért a bien augmenté en 5 ans : 5100 Ft, soit 17€  contre 3000 Ft (10€) en 2008! Il y a d'autres changements aux Gellert, au grand dam de mes amis homos : quelques débordements expliquent sans doute que tous les bains y soient désormais mixtes. Ça leur pendait au nez, j'ai envie de dire. Je découvre donc une nouvelle salle, inconnue jusqu’alors. Gellert, un autre endroit, avec le café New York, trop cher, où je ne retournerai sûrement plus. D’ailleurs, je note qu’à la différence de mes précédents séjours, les personnes âgées, sans doute découragées par les prix, se font très rares dans les bains bondés de touristes. On y entend bien plus la langue de Molière que celle des locaux.

    Le soir, nous dînons au Hoppa restaurant, un fort sympathique resto où je mange la meilleure goulyash de ma vie (voir billet précédent).

    Le lendemain matin (51% de sommeil profond), copieux petit déjeuner à l’hôtel car aujourd’hui encore, pas de déjeuner. Nous allons à l’opéra, msieu-dames ! J’ai troqué le look naturel (chaussures plates et peau nue) contre des escarpins et une touche de maquillage. Peu avant 11 heures, nous entrons dans l’opéra de Budapest et nous installons devant « Madama Butterfly » (en VO dans le texte). Nous sommes très bien placées (merci Oh !) et mon amie semble émerveillée. Moi aussi, d'ailleurs, et je retiens mes larmes à plusieurs reprises devant le chagrin de Butterfly.

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

     

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért, opera

    Il est 14h quand nous ressortons du majestueux hall. Notre goûter sera précoce aujourd’hui car ce soir, j’ai réservé dans un super resto et il ne s’agit pas de caler devant la nourriture. Nous entrons dans la pâtisserie Szamos, juste à côté de l’hôtel Corinthia, recommandée par mon ami Divyne, qui s’est récemment offert un appartement dans le quartier juif. Et c’est là que je décide de ne plus aller au café New York … La carte des pâtisseries est longue comme le bras et chacune coûte dans les 500 Ft (1€70). Je choisis une Szilvagomboc Torta (traduite par « Plum dumpling cake » : une génoise au chocolat et à la crème vanille, garnie de pruneaux et au milieu d’un pruneau en pâte d’amande. Quant au chocolat (670 Ft soit 2,25€), il surpasse, et de loin, celui du café New York car on vous sert un petit pot de chocolat pur, un pot de lait chaud et une coupe de crème fouettée, et à vous de doser … Un délice !

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    Nous nous en tirons pour moins de 5€ chacune … Et je repars avec 2 gâteaux, 1 Isler et 1 Barackos Aromszog. Je voulais les offrir mais il paraît que ça ne se garde pas plus de 2-3 jours alors j'en ai mangé un dimanche de retour chez moi et je me réserve le suivant pour demain ... (smiley). Dans la salle attenante, je découvre que la mélodie au piano ne provient pas d’un disque mais bien d’un musicien, penché sur son piano.

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellértVoici le moment de notre dernier bain, et ce sera aux Rudas, les bains préférés du pacha Buda Arslan qui les fit construire en 1550. Un ingénieux système permet de repérer rapidement les cabines libres (oui car au Rudas comme aux Kiraly, vous bénéficiez d'une cabine personnelle en bois qui vous évite de fourrer vos affaires pêle-mêle dans un casier). A l'entrée, on vous remet donc un bracelet en plastique muni d'un bip, vous le passez sur une borne et celle-ci vous affiche le numéro d'une cabine libre, que vous fermez et ouvrez avec le même bip. Les bains Rudas sont un bel endroit, plus beau que Kiraly. Et ce n’est pas Esperanza, qui s’est en prime offert gommage et massage par un superbe jeune homme tatoué juste ce qu’il faut pour faire frémir les dames, qui me contredira. « C’est mon anniversaire » a-t-elle répondu ! Imparable. Je suis donc allée oublier mon désespoir sur une des chaises longues de la salle de repos (voilà une chose bien agréable aux bains Rudas).

    Côté bains, mon tiercé gagnant est don : Szechenyi et Rudas. Il m’en reste quelques autres à tester, absents des guides touristiques car sans doute moins somptueux, où je pense débusquer les hongrois.

    Le soir, nous entrons au restaurant Rosé, une autre bonne adresse de mon pote Divyne qui habite tout à côté. Chaque soir, des musiciens y jouent de la musique « tzigane ». En fait, macaron « Guide du routard » oblige, l’endroit est très fréquenté par nos compatriotes et les musiciens jouent ce que vous voulez. Divyne réclame à distance « El concierto de Aranjuez » et j’en profite pour lui dédier mon verre de vin. Quant à moi, sous le charme des yeux noirs du violoniste, je choisis la mélodie du même titre. Et comme je vends la mèche, il joue aussi pour l’anniversaire d’Esperanza. Celle-ci, restant dans le thème de son weekend, opte pour un magret de canard aux noix et miel, accompagné d’une sauce aux fraises des bois et basilic, sur un lit de courgettes et carottes juste braisées.

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    De mon côté, je choisis un plat typiquement hongrois : un suprême de veau à la crème aigre et paprika, accompagné d'un dôme de pâtes maison (toujours mes spatzle bien aimées).

    budapest,szechenyi,rudas,kiraly,gellért

    En dessert, nous faisons les gourmandes et prenons chacune une crêpe fourrée au cottage cheese et pêches, qui hélas baigne dans la crème pâtissière (z'aiment bien noyer les plats dans la sauce / crème, en Hongrie). Montant de l’addition : moins de 15€.

    Le lendemain, c'est la pire nuit, matérialisée en rouge sur mon appli. L'heure est grave : 39% de sommeil profond. Après un atterrissage mouvementé, je reste prostrée sur mon canapé, transie de froid. Et le soir, je plonge avec bonheur dans mon océan d'1m60 sur 2 mètres. Bilan : 82% de sommeil profond. Alors, elle est pas fantastique mon appli ? Mmmm ?

    En résumé, les amis, à Budapest, 2 impératifs pour vous remettre des kilomètres que vous parcourrez à travers la ville : les bains et le chocolat chaud ! Vous trouverez ici une liste de pâtisseries (en revanche, évitez Gerbeaud, soi-disant the place to be, surfait et cher).

    Au passage, ne ratez pas la vidéo d’accueil du site du restaurant Rosé, qui devrait définitivement vous convaincre d’aller faire un plongeon à Budapest : http://www.roserestaurant.hu/

  • Flânerie dans le Realejo

    Je vais encore me faire sermonner par Trotti givrée "Arrête d'antidater tes billets !". Mais c'est qu'à mon retour de Grenade, j'ai repris le travail sur les chapeaux de roue et puis ... vous aussi vous avez envie de soleil, non ? Voici donc la fin de mon séjour, il y a tout juste 1 mois aujourd'hui.

     

    J'ai vraiment ralenti le rythme depuis plusieurs jours. Pour commencer, j'ai pris le rythme andalou, ensuite, le jour du départ approche et je ressens le besoin de farniente. Pour finir, il faut que je garde, ausi, des choses à découvrir avec Oh!91, quand nous reviendrons ensemble. La piscine sera terminée, j'ai hâte. Les journées seront très chaudes et l'on ne quittera la fraîcheur des hauteurs qu'à la nuit tombée. Cela promet de belles soirées en perspective.

    Ce matin, donc, j'ai délaissé la grammaire espagnole pour un des livres de B. : La chambre de la vierge impure, de Amin Zaoui. Je m'installe sur la terrasse avec un café et le plateau du petit-déjeuner : kiwi, tartines de confiture de figues et tranches de fromage espagnol moelleux como una tetilla.

    Grenade fév 201220.jpg

    A 14h30, je suis de retour dans le quartier qui commence derrière la statue des Rois catholiques, où V. m'a emmenée boire un verre, la veille. Je réalise que, lors de ma balade dans le Realejo, je n'ai pas remarqué les jolis détails qui émaillent la calle Escolistica. Sur une façade couleur cuivre de la calle Pavaneras, une joile plaque représentant une image pieuse ; on en trouve beaucoup à Grenade.

    Grenade fév 201221.jpg

    La plaza del padre Suárez est bordée de très belles bâtisses : la casa del padre Suárez, la Capitanía del Ejercito, et surtout la très belle Casa de los Tiros, maison de style Renaissance, qui abrite aujourd'hui le Musée des arts et traditions populaires (gratuit). Sa façade est ornée de sculptures des héros de Troie et au dessus de la porte en bois, une épée signale le blason de la famille Granada Venegas : "El corazon manda".

    granada,zarxas


    A l'angle de la rue, je suis intriguée par de facétieux personnages à l'air pas du tout catholique, scuptés sur les balcons, et dignes des statues qui ornent certains temples indiens ....

     granada,zarxas

    Je décide de déjeuner dans un des cafés favoris de V., qu'il m'a signalé la veille. Le restaurant-café-bar Ocaña El Sota, fondé en 105, est un endroit simple qui fleure la bonne cuisine. Je choisis le menu du jour à 8€50, erreur ! J'avais oublié que les menus espagnols sont très - trop - copieux.
    Avec ma bière, on m'offre une assiette de patatas a la pobra, des pommes de terre en tranche sautées aux oignons et poivrons verts. Je n'ai déjà plus faim, ça promet ! Sur la télé de gauche, les nouvelles parlent de manifestations et de commission européennne. Visiblement, les indignés le sont toujours. Sur la télé de droite, des clips tournent en boucle. J'ai un moment de tristesse en entendant la belle voix de Whitney Houston, idole de ma jeunesse.
    L'entrée arrive bientôt, une assiette de paella qui constitue un plat à elle seule ! Et puis du poulet en sauce que je touche à peine. Mais la crème caramel, elle ....

    granada,zarxas

    Sur MSN, un copain répond à mes interrogations en me laissant avec celles-ci : est-ce que je refuse d'être ce que je parais ou est-ce que je refuse de montrer ce que je suis ?
    Je suis plombée de tristesse, soudain. Mon ordinateur, comme pour m'épargner, se met en veille juste après la promesse de reprendre cette conversation à mon retour.

    De nouveau à l'air libre, je remarque une autre plaque commémorative des 500 ans du quartier juif du Rialejo (depuis 1492). J'en immortalise plusieurs. Je quitte la calle Molinos pour rejoindre la place Campo del Principe et reviens à mon point de départ. Décidément, j'aime vraiment beaucoup le quartier du Realejo.

    Mes pas me mènent ensuite naturellement vers la plaza Nueva et le paseo de los Tristes qui sied si bien à mon humeur. Sur le parvis d'une église, elle joue de l'accordéon et il chante (faux) mais ils sont amoureux et charmants. Le ravin en contrebas de la Alhambra est coloré de vert tendre.

    granada,zarxas

    Il est presque 18 heures, je rejoins l'entrée d'un hamam mixte, et donc rempli de touristes. L'endroit est fort beau, pourtant, et du lait hydratant gracieusement mis à disposition, mais la séance chronométrée et le gommage, un massage.

    Je me sens pourtant mieux en sortant. Sur la plaza Nueva, mon téléphone signale un sms : "Comment va ma marraine ???". Mon rayon de soleil ! Qu'est ce que je l'aime, celle-là !

  • Balade dans le Rialejo

    Mon réveil me tire du sommeil à 10h. Je petit-déjeune en terminant Salammbô puis me fais une session nostalgie en écoutant un album de Wham ! sur lequel je chante. Un des ouvriers de B. monte même en croyant que c'est B. qui fait des vocalises. En fait, B., après un premier réveil, est retourné se coucher. Il se lève peu après et je lui raconte mon voyage au Maroc avec Yo pendant qu'il déjeune. J'ai prévu, au mois 5 comme on dit là-bas, de retourner dans le nord du Maroc pour séjourner à Tanger, Tetouan, Chefchaouen et peut-être même Meknès, que je n'ai vues que furtivement. J'aimerais commencer mon voyage ici, en Andalousie, mais cette fois sur sa côte Ouest, en aterrissant à Jerez, où j'ai travaillé mais peu flâné, et en allant surtout me perdre à Cadiz et alentours. De là, je suivrai la côte et prendrai un bateau pour Tanger. B. envisage même de m'y rejoindre et cela m'enchante.

    Vers 12h30, je descends à pied dans Albaicin, prenant des ruelles qui me sont maintenant familières. A certains angles de rues, il y a ces jolies plaques bleues et blanches qui signale leur nom, comme celle-ci "Cruz de arqueros". Je me perds - suivant les conseils de B mais avec beaucoup de zèle - dans le labyrinthe de Albaicin, tant et si bien que j'atterris non pas près de la Plaza Nueva, comme prévu, mais du côté de celle del Triunfo.

    De là, pour éviter la calle Elvira, sans intérêt, je monte et descends des escaliers, tourne à droite puis à gauche. Enfin, j'atteins la Caldaderia Vieja et entre dans la brasserie La Riviera, celle où nous avons mangé de roboratifs tapas samedi soir.

    Grenade, Andalousie, WajDi, Zarxas

    Après avoir dévoré montadito, brochette et salade et sifflé le verre que m'a offert le serveur, qui m'a reconnue, je prends la Santa Escolastica en direction du Realejo, l'ancien quartier juif de Grenade. Un bandeau lumineux affiche 24°C. Le quartier derrière les statues des rois catholiques est très sympa, les rues sont bordées de quantités de bars.

    Je me perds dans Damasqueros, où les terrasses au soleil sont prises d'assaut, longe la place Campo del Principe, remonte jusqu'à la plaza San Cecilio où, surplombée par le palace hotel Alhambra, se dresse la petite église de San Cecilio. Digestion aidant, j'ai un sérieux coup de barre et profite un long moment, sur ses marches, du soleil et d'une brise rafraîchissante. Les rues du Realejo sont désertes, on se croirait dans un village de campagne écrasé par la moiteur d'une après-midi d'été. Il y a bien deux touristes anglophones qui jaillissent d'on ne sait où, en shorts, et aussi ces deux jeunes, elle hurlant sur le porte-bagages de la bicyclette, dont je me demande bien comment ils arrivent sains et saufs en bas de la pente qu'ils dévalent à toute allure.

    Grenade, Andalousie, WajDi, Zarxas

    Après cette pause, je m'engage dans une jolie allée bordée de maisons magnifiques, signalée comme étant une impasse et qui s'avère être, en effet, une impasse, même pour les piétons.

    De là, je redescends sur la calle Molinos et tombe devant un bâtiment, voisin du théâtre Alhambra, qui me semble d'inspiration mauresque et arbore le mot Masagra sur sa façade. Il faudra que je demande à B. ce que ça peut être. Un peu plus loin, à gauche, le centre de lettres modernes se trouve lui aussi dans un ensemble architectural très élégant, en jaune safran et blanc.

    Grenade, Andalousie, WajDi, Zarxas

    Je descends la cuesta Molinos, débouche sur le paseo de la Bomba qui longe la rivière Genil et rejoins le Paseo del Salon. Là, je traverse la terrasse du restaurant Las Titas. J'aimerais bien me poser dans un café avec option wifi. Je dédaigne la terrasse du café Futbol, pourtant proche mais privée de soleil.

    Finalement, je traverse Puerta Real et déniche, près de la cathédrale, un salon de thé marocain où je tente, tant bien que mal, d'écrire mes billets en retard tout en discutant avec le serveur berbère et fort sympathique, originaire de Nador. Lorsque mon ordinateur s'éteint, à bout de batterie, je plie bagage. C'est l'heure des tapas.

    NB : J'ai demandé à B. : Masagra, c'est le siège départemental des services de l'eau.